Issara de Dusita

dimanche 14 avril 2019
par  Lavinia

Lavande (theherald.com.au)



Issara de Pissara Umavijani est un fougère aromatique pas comme les autres, dans la mesure où il ne contient pas de lavande, et évoque la douce odeur d’une prairie sous le soleil plutôt qu’un salon de barbier.




Auguste Renoir, Paysage de bords de Seine (1978)



Dans l’esprit, il rejoint donc Jicky plutôt que Paco Rabanne Pour Homme. Avec deux types de lavande et son bouquet provençal, Jicky dépeignait la garrigue ou le maquis en plein été ; avec ses notes de pin et de sauge, Issara nous parle de contrées moins sèches, non méditerranéennes mais plus nordiques, où le soleil n’en réchauffe pas moins l’herbe tondue et le foin, sans brûler l’herbe encore fraîche et la résine de pin.




Paysage champêtre (auteur inconnu, 20ème siècle) (proantic.com)



Très minimaliste, Issara ouvre des notes d’aiguilles de pin et de sauge. Les aiguilles de pin donnent une odeur résineuse, qui ne rappelle jamais les produits désodorisants au pin. Il s’agit là d’une huile essentielle plutôt qu’une reconstitution synthétique.




Aiguilles de pin (wikipedia.com)



Et bien qu’il n’y pas de fleurs dans ce parfum, la sauge, ambré et herbacé, donne au parfum une merveilleuse note florale avec des facettes musquées et chyprées. Jamais acre, je parie qu’il s’agit d’une sauge sclarée de bonne qualité, tant la diffusion et son extrême douceur persistent. Dans Issara, la sauge en arrive à servir de substitut à la lavande, en apportant une odeur de fleur sans y avoir recours. C’est bien là une façon de simplifier la composition d’un fougère, tout en évitant de le priver de relief ou de nuances. Beau travail !




Sauge sclarée (essenciaga.com)



Cependant, ce sont les notes de cœur qui dominent le parfum. La coumarine, habituellement une note de fond, occupe ici le milieu de la scène avec sa note de tête épicée, son odeur amandée de foin et d’herbe coupée, son arrière-fond vanillé, mais aussi sa note de tabac. Bref elle effectue la transition nécessaire afin que l’absolue de tabac apparaissent pleinement.




Foin (fermedebeaumont.com)



Celle-ci rejoint la coumarine afin d’exacerber des senteurs miellées et aromatiques, qui viennent définir Issara comme un parfum pourvu d’une lumière dorée. Tout au long de son évolution, Issara laisse apparaître les facettes de cannelle, de cerise et même de cassie de la coumarine, aux côtés de la douceur du tabac - une note très marquée dans ce parfum, qui ne manque pas de rappeler Tabac Blond de Caron.




Feuilles de tabac (wikihow.com)



En revanche, la coumarine plutôt fraîche vient aussi équilibrer les notes sèches et chaudes du tabac. C’est pourquoi il s’agit réellement d’un parfum printanier dans lequel les notes ensoleillées ne brûlent pas, mais dégagent les arômes délicats des jeunes plantes.




Renoir, Paysage de printemps - Jeunes Filles cueillant des fleurs, (1879)



Le vétiver Bourbon, quant à lui, reste subtil. C’est pourquoi certains commentateurs, habitués à l’essence de vétiver de Haïti, fumée, boisée et un peu verte, ou peut-être au vétiver de Java terreux, mais aussi extrêmement acre, n’en ont pas trouvé la trace. Mais le vétiver de Bourbon, bien qu’il soit terreux, possède aussi un côté noisette épicé, une facette cuiré et quelque chose, qui, comme la sauge, apporte une tonalité florale au parfum.




Vétiver de Bourbon (perfumista.vn)



En notes de fond, des notes de chêne soutiennent la richesse du parfum. Après une promenade dans le pré ensoleillé, on entre dans le sous-bois avoisinant avec ses relents de terre et de champignon un peu moisi. Des notes boisées viennent confirmer cette impression.




Photo de Periurban, Mousse de chêne (flickr.com)



D’autant plus que l’ambre gris, avec son côté mousse et poudré, impartit une vibration animale, presque une odeur de peau chauffée au soleil au tout. Les notes cuirée, tabac, boisée et cireuse des autres ingrédients s’en trouvent exacerbés. Issara en devient un parfum d’une grande sensualité, bien cette sensualité soit hors normes.




Ambregris (awesci.com)



Cette composition me semble parfaitement printanier, mais il serait dommage de s’en priver le reste de l’année pour autant. Je le porte souvent pour me consoler d’une journée de printemps pluvieuse. Son côté chaleureux s’y prête très bien et son côté frais se marrie avec l’atmosphère humide. Bien que sophistiqué, Issara est un parfum très naturel, qui s’associe avec des tenues décontractées aussi bien qu’avec des tenues habillées. On peut en user et en abuser afin de se souvenir de la lumière jaune des beaux jours.




Renoir, Chemin montant dans les hautes herbes (1876)



Notes de tête :

Aiguilles de pin et sauge



Notes de cœur :

Coumarine, vétiver de Bourbon et tabac



Notes de fond :

Musc, ambre gris, mousse de chêne et notes boisées