Les boisés : Des parfums secs aux portes de l’Orient

vendredi 6 janvier 2017
par  Lavinia

La catégorie des boisés désigne des parfums ayant un accord principal sentant le bois, mais non forcément composés avec du bois. A contrario, une note dominante d’huile de bois rose permettrait de classer un parfum dans la catégorie des bouquets fleuris, parce que ce bois sent réellement la rose. Malheureusement, il fait actuellement partie des espèces protégées en raison de son exploitation irresponsable comme arôme dans tous les produits odorants.

JPEG - 25.1 ko

Bois rose


Habituellement divisé en deux sous-catégories, les boisés incluent à la fois des bois chauds, à base de santal, de patchouli ou d’oud, et des bois secs comme le cèdre, l’écorce de bouleau ou le vétiver. Visiblement, il y a ici des intrus dans la famille des bois. Premièrement, le vétiver est une herbe et une racine, non exactement un bois, d’où sa senteur terreuse, bien que fine et boisée.

JPEG - 7.7 ko

Vétiver fraîchement coupé


Deuxièmement, le patchouli provient des feuilles séchées d’un arbuste indonésien. De puissants accents de camphre, de liqueur et de fruit dominent parfois sa facette boisée. D’ailleurs lorsque le patchouli arriva en Europe au milieu du XIXe siècle, les demi-mondaines du second empire l’adoptèrent dû à son odeur érotique et ses effets addictifs.

JPEG - 6.6 ko

Arbuste de patchouli en fleurs


Quelle est donc l’histoire de cette curieuse famille des boisés, incluant des racines, et des feuilles, alors qu’il existe une diversité incroyable de senteurs en provenance des seuls bois ? Apparue à la fin des années 50, elle était destinée à un public masculin recherchant l’odeur propre des boisés secs ou la puissance des boisés chauds. Les bois incarnaient aussi la force par opposition aux parfums fleuris jugés efféminés sur un homme. D’un point de vue symbolique, la grande taille des arbres induit un sentiment de puissance tranquille compatible avec la virilité, surtout lorsqu’on sait que les premiers hommes brûlaient des bois et des résines afin d’envoyer cette fumée odorante à leurs Dieux.

JPEG - 9.8 ko

Séquoia californien


Pourtant, avant les années 50, Ernest Beaux avait composé Bois des Îles, l’un des premier parfum boisé. Or celui-ci était destiné aux femmes. En 1992, sous l’égide de Serge Lutens, Christopher Sheldrake crée Féminité du Bois pour Shiseido autour de l’odeur chaude, fraîche, laiteuse, mielleuse et épicée, presque animale, du bois de cèdre coupé. La richesse de cette senteur et sa sensualité suave, mise en valeur par un cœur floral rosé, une note de prune et des épices chaudes, joue le jeu de la féminité.

JPEG - 6.6 ko

rondelle de bois de cèdre


Puis, en 2011, ce fut la mode de l’oud, utilisé depuis longtemps comme encens au moyen-orient, avec ses facettes boisées, fumées et épicées, rappelant aussi le cuir. Il fut beaucoup utilisé dans les parfums mixtes, mais aussi dans les produits conçus pour les hommes ou pour les femmes, fonction d’accords faits avec la rose, la vanille, la fève de tonka, la bergamote ou le safran. Pour la note, là aussi il ne s’agit pas réellement du bois d’un arbre, mais d’une résine, produite par deux ou trois variétés d’arbres tropicaux du genre Aquilaria, lorsqu’ils sont infectés d’insectes et de champignons.

JPEG - 6.2 ko

Oud


Dans cette section sur les boisés, il faut donc prendre acte du fait que nous parlons de l’odeur boisée, voire de ce qui se vend comme tel de longue date, non nécessairement de produits obtenus par la distillation de copeaux de bois. C’est pourquoi les parfums au vétiver seront classés comme des boisées secs et aromatiques ; les parfums au santal, à l’oud et au patchouli comme des boisés fleuris-fruités, doucement épicés, soit comme des œuvres baroques ou orientalisées, si elles atteignent une grande démesure ou s’inspirent directement des techniques de la parfumerie orientale.

JPEG - 7 ko

Bois brûlant


Le cèdre, quant à lui, peut pencher dans toutes les directions selon sa provenance et ses diverses utilisations. En effet, il se marie avec le vétiver et les agrumes aussi bien qu’avec le patchouli, le santal, les fleurs, voire les fruits comme dans Féminité du bois de Shiseido. L’odeur du cèdre se retrouve donc dans des parfums très différents, le cèdre de Virginie étant sec et vert, alors que le cèdre d’Atlas, beaucoup plus puissant, possède une facette camphrée et cuir.

JPEG - 16.3 ko

Cèdre de virginie

JPEG - 10.7 ko

Cèdre d’Atlas



Commentaires