Les hespéridés : une tradition zestée

mercredi 10 août 2016
par  Lavinia

La famille des hespéridés se base sur les huiles essentielles d’agrumes : citron, orange, pamplemousse et bergamote. Ces parfums sont tous des variantes plus ou moins audacieuses sur le thème de l’eau de Cologne dont l’histoire est controversée. Son invention a longtemps été attribuée à Jean-Antoine Farina, apothicaire d’origine italienne, installé à Cologne au 18ème siècle. Néanmoins, de plus en plus d’historiens pensent que sa paternité remonte à son oncle, Giovanni Paolo Feminis, qui, dès 1695, tira parti des travaux des religieuses du couvent Santa Novella, à Florence. Ces dernières préparaient une Aqua di Regina que Farina transforma en Aqua Mirabilis, puis en transmis sa recette à son neveu, lequel la légua à son tour à Jean-Marie Farina, devenu le seul propriétaire de la marque dès 1788, date à laquelle les soldats français, de retour de la Guerre des sept ans, ramenèrent le produit en France où il connut un succès immédiat au temps de Louis XV. A l’époque, cette eau merveilleuse était considérée comme un élixir avec de multiples usages. On s’en frictionnait la peau et on la buvait pour combattre tous les aux de la terre. Napoléon en fut le plus célèbre consommateur. Selon la légende, il portait une flasque d’eau de cologne jusque sur les champs de bataille afin de boire ce médicament.


L’histoire lie donc les hespéridés à l’hygiène plutôt qu’à la séduction. Sa composition, restée secrète jusqu’à nos jours, serait encore gardée par la maison Roger Gallet, qui acheta la marque au parfumeur Collas en 1862. Celui-ci la tenait directement de Jean-Marie Farina depuis 1840, date à laquelle il vendit son affaire et sa marque. Au 18ème siècle, du moins, tous les ingrédients suivants étaient réputés entrer dans la composition de l’eau de Cologne : la mélisse, la marjolaine, le thym, le romarin, l’hyssope, l’absinthe, les fleurs de lavande, les racines d’angélique, la cardamome, les baies de genièvre, les semences d’anis, le carvi, le fenouil, la cannelle, la muscade, les girofles, des écorces de citron, de l’huile de bergamote et de l’eau de vie. Quoi qu’il en soit, nous voyons que les herbes et les épices jouent un rôle essentiel aux côtés des huiles d’agrumes. Il y a là de quoi s’amuser pour les parfumeurs qui peuvent tantôt mettre l’accent sur les fruits, tantôt sur les fleurs, tantôt sur les herbes aromatiques ou sur les épices.


Par ordre alphabétique :




Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • Les hespéridés : une tradition zestée