Les boisés aromatiques

mercredi 10 août 2016
par  Lavinia

Le vétiver s’impose indéniablement comme étant la star de cette catégorie de parfum. Il a l’avantage de sentir frais et de se marier aisément avec les hespéridés et les herbacés, ce qui lui permet de se situer dans la continuité de la tradition des eaux de Cologne.



Vétiver

En parfumerie, on utilise trois variétés de racines de vétiver. La plus prisée reste le vétiver Bourbon en provenance de l’île de la réunion avec sa senteur fine et légèrement rosée, mais sa surexploitation en fait aujourd’hui un produit rare. Le vétiver d’Inde en est le plus proche et se prête aux mêmes associations.



Vétiver

Par ailleurs, le vétiver peut se montrer plus cuiré, voire animalisé. En effet, le vétiver de Haïti, à la fois vert et fumé, le vétiver de Java, terreux, amer et extrêmement fumé ou encore le vétiver de Tahiti, utilisé dans Djedi, s’accordent souvent avec le santal et les résines, bien que les notes hespéridés font valoir leur côté herbacé. Mais leurs senteurs se prêtent aussi à l’exotisme et aux parfums plus opulents.



Vétiver sur l’île de Java

Après le vétiver, l’huile essentielle de cyprès s’emploie beaucoup dans les boisés aromatiques. Elle s’obtient par hydro-distillation de ses feuilles et rameaux, qui apportent aux parfums une saveur boisée tonique aux accents secs et camphrés.



Cyprès

Venons en maintenant aux coupeaux de bois. D’un point de vue chimique, les larges molécules du bois ont le double avantage de produire des notes fraîches et de résister longtemps à l’évaporation. Par exemple, les cèdres de Virginie ou du Texas sont utilisées dans toute sorte de parfums avec leur odeur sèche, verte et linéaire, rappelant les crayons à papier. Le cèdre d’Atlas, quant à lui, rentre dans la famille des bois chauds et nous en parlerons donc dans la prochaine catégorie. Attention à ne pas confondre les Cèdres de l’Atlas et de l’Himalaya avec le Cèdre de Virginie ou du Texas « Juniperus Virginiana L. » et avec le Thuya occidental « Thuya occidentalis » aux propriétés olfactives très différentes et beaucoup plus puissantes.



Cèdre de Virginie

Moins courante, l’écorce de bouleau possède une curieuse odeur de térébenthine, très aromatique, se rapprochant de celle des conifères, mais cependant plus douce. Elle a une odeur verte et aérienne. Malheureusement, elle est souvent confondue avec le goudron de bouleau, dont les parfumeurs se servent pour reconstituer l’odeur du cuir, alors qu’elle ne possède pas sa facette animalisée ou cuirée.



Écorce de bouleau

Reste encore le chêne, généralement la variété ’Quercus Robur’, mais parfois les variétés ’Quercus Petraea’ et ‘Quercus Alba’, qui dégage une odeur de bois sec, fumé et liquoreux, avec des accents de fruits secs et de vanille.



Quercus robur

Placé en note de cœur dans Yatagan de Caron avec de la mousse de chêne et du patchouli, ou alors, avec du cyprès dans A*MEN Pure Wood par Thierry Mugler avec de la vanille et du patchouli en note de fond, le chêne devient exotique. En note de fond dans Ange et Démon de Givenchy, il se marrie avec la vanille, la fève de tonka et le bois de rose. Longtemps éclipsé par la mousse de chêne, les notes fruités et vanillées du bois de chêne offrent nombre de possibilités dans toutes les familles de parfums, maintenant que grands nombres de molécules doivent être retirées de ladite mousse, en raison des allergies qu’elles pourraient provoquer, ce qui lui retire sa qualité olfactive.



Copeaux de chêne


Par ordre alphabétique :



Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • Les boisés aromatiques