Les aromatiques anisés et herbacés

mercredi 10 août 2016
par  Lavinia

JPEG - 11.7 ko


Anis étoilé


Les fougères restent la figure de style la plus connue des parfums aromatiques. Ces composants, la lavande, le romarin et le thym, s’y prêtent admirablement ; ils peuvent même être perçus comme les seuls aromates. Pourtant, les anisés sont utilisés depuis longtemps dans ce genre de parfum et connaissent aujourd’hui un certain renouveau avec la mode de la réglisse.


JPEG - 8.2 ko


Bâtons de réglisse


Premièrement, la graine de la badiane ou de l’anis étoilé, présentent une odeur aromatique, liquoreuse et fraîche assez similaire, même si la badiane a une odeur plus épicée et l’anis vert est plus verte, comme son nom l’indique, et plus aromatique.


JPEG - 9.9 ko


Anis vert


Le basilic et l’estragon font aussi partie de cette famille des anisés. On le retrouve dans des compositions boisées, chyprées et fougères, mais elles peuvent caractériser le parfum plus que ces autres familles.


JPEG - 11.1 ko


Basilic et estragon


Enfin, l’angélique (Angelica Archangelica) herbacé, vert et poivré, donne une pointe anisée aux parfums qui me rappelle le fenouil. C’est ce qui fait l’originalité d’Ambre Sultan de Serge Lutens parmi tous les ’Ambres’ sur le marché. L’audacieux Angélique noire de Guerlain met cette note en scène avec de la vanille pour un rendu inattendu. Les essences de racines et de graines d’angélique sont obtenues par distillation à la vapeur d’eau. Assez méconnues, elles rentrent, pourtant, dans la composition de beaucoup de parfums.


JPEG - 9.1 ko


Angélique


Deuxièmement, les herbes et les feuilles qui donnent une odeur herbacée méritent aussi d’être classés comme des aromatiques. On peut y mettre l’hexénol, le galbanum, mais aussi toutes les herbes aromatiques, les aiguilles de pin ou les bases évoquant l’herbe coupée. Beaucoup de parfums s’en servent pour apporter une notre fraîche et verte à leur composition. Néanmoins, là aussi, il arrive que l’arôme d’herbe, de pin ou de feuille l’emportent. Yatagan de Givenchy en est le parfait exemple.


JPEG - 12.4 ko


Aiguilles de pin


C’est pourquoi j’accorde beaucoup d’importance à cette catégorie souvent ignorée. Par exemple, un parfum, comme Après l’ondée, se retrouve classé parmi les Ambrés ou les Orientaux. Or la note d’aldéhyde anisique marque tout le parfum avec son arôme de mimosa et de frangipane.


JPEG - 3.3 ko


Aldéhyde anisique


PNG - 1021 octets


Formule de l’aldéhyde anisique


Pourtant, voici la description que la société française des parfums donne de cette catégorie de la famille des Ambré-Orientaux : "Sous la dénomination “ambrés” quelquefois appelés aussi “orientaux”, ont été groupés des parfums ayant des notes douces, poudrées, vanillées, ciste-labdanum, animales, très marquées." Ainsi Après l’ondée se rangerait dans la sous-famille " "Ambré Fleuri Épicé" en raison de son "apport floral non négligeable" sur un fond ambré et épicé. Et nulle importance n’est accordée aux traits caractéristiques du parfum : le jeu entre l’héliotropine et l’anis et leur contraste avec le thym, le romarin et la sauge.


JPEG - 14.1 ko


Romarin, thym, sauge



Par ordre alphabétique :




Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • Les aromatiques anisés et herbacés