Les roses

dimanche 21 août 2016
par  Lavinia


Magritte, Le coup au cœur


La rose fait partie des fleurs les plus utilisées en parfumerie aujourd’hui avec le jasmin et l’iris. Même si d’autres soliflores, tels la violette, le muguet, l’œillet et l’héliotropine, ont eu leur jour de gloire, les portraits de roses ne passent jamais de mode et leur odeur a été l’une des plus étudiées par l’industrie du parfum depuis plus d’un siècle.



Jacques et Jean-Paul Guerlain


Il y a pour cela une raison objective : en elle-même la rose sent très bon et repose sur une telle complexité moléculaire qu’on ne saurait la reproduire entièrement. En effet, son parfum naturel comprend plus de 400 molécules. Or même celles qui figurent en proportions infimes contribuent fortement à sa senteur. De multiples possibilités existent donc pour les parfumeurs et tous s’y sont essayés.



Molécules de rose


Du côté de la nature, principalement deux espèces de rose sont utilisées en parfumerie : la rose de Mai, délicate et sucrée, et la rose Damascena puissante et capiteuse. La première, la rose de Mai ou rose Centifolia, se cultive dans le sud de la France, au Maroc ou encore en Égypte, pour l’absolue de rose produite par l’extraction aux solvants volatils. Cette technique permet de prélever les composants les plus lourds, tels les cires, et donne ainsi aux parfums une douceur miellée, chaude et cireuse. A noter aussi, que la concentration en 2-phényléthanol à l’odeur rosée avec des notes vertes de jacinthe est très présente dans l’absolu (60 à 75 %) contre (1 à 2 %) dans l’huile à cause de sa solubilité dans l’eau.



Rose centifolia et boutons de rose


La rose Damascena, quant à elle, généralement en provenance de Bulgarie et de Turquie, est surtout source d’huile essentielle de rose, obtenue par la distillation de ses pétales. Plus fraîche, plus citronnée, plus fruitée que l’absolue, parce que contenant plus de géraniol et de citronnellol, cette huile convient parfaitement pour les parfums jeunes et joyeux, associés à la rose couleur rose.



Rose Damascena


Contrairement à la technique d’extraction aux solvants, la vapeur d’eau entraîne, en effet, plus de composés volatils, ce qui donne une odeur plus aérienne et transparente évoquant cette couleur pastel. Mais pour donner l’illusion d’une rose rouge opulente et sucrée, il suffit de forcer sur la facette fruitée avec de la framboise, de la pêche ou des fruits de la passion.



Rose rouge


Du côté de la synthèse chimique, les molécules les plus connues dans la rose sont le citronellol, le géraniol et l’alcool phényléthylique que vous avez du voir listés aux dos de vos boîtes de parfum. Les deux premières simulent sa facette fraîche, la troisième son côté floral-vert. Les plus importantes, me semble-t-il, restent les cétones de roses comme les damascones et surtout la damascénone, qui donne les notes riches et fruitées de parfums, tels Nahéma de Guerlain et Trésor de Lancôme, que l’on assimile volontiers à des roses orientales en raison de leur opulence.



Rose turque


Ceci étant dit les bois, tels que le santal et l’oud, et les épices, souvent le poivre et le safran, produisent aussi cet effet dit oriental, mais que je qualifierais surtout de riche. Enfin, dans les roses elles-mêmes, on trouve aussi des molécules épicées comme le méthyl eugénol qui, plus présentes, emmèneraient la rose vers une odeur d’œillet. Rose Gold d’Ormonde Jayne en est la parfaite illustration avec son association de la rose de Ta’ïf et d’absolu d’œillet.



Œillet rose


Cependant, outre ses propriétés olfactives, il existe une autre raison de composer des parfums à la rose. En effet, depuis l’Antiquité grecque et romaine, la rose est hautement symbolique dans notre civilisation. Liée à Aphrodite (Venus), elle représente l’amour et de beauté. Comme l’amour, le mythe qui lui est rattaché, prête une double signification à la rose originellement blanche, mais accidentellement rougie par Cupidon lorsqu’il renversa son verre de vin sur elle. Or la rose blanche est signe de pureté alors que la rose rouge symbolise l’amour passionnel.



Titien, Vénus d’Urbin, roses à la main (1534)


Dans la religion chrétienne, la rose a aussi une double signification : couleur sang, elle exprime le martyre du Christ, et vers l’an 400, la Rosa alba, blanche, devient l’emblème de la Vierge. De là, elle en vient à personnifier l’être aimé comme en témoigne les poèmes des troubadours.



Roses d’Alba



Bernardo Luini, La Madonna del roseto


Ainsi, sa symbolique rejoint celle de l’Antiquité avec la naissance de l’amour courtois : la rose est à présent l’allégorie de l’amour puissant et fragile à la fois, comme elle, mais aussi la personnification-même de l’être aimé. La rose blanche évoque l’amour chaste et la raffinements de l’amour courtois ainsi que les relations secrètes et le deuil ; la rose rouge affirme l’amour passionnel ; et la rose noire, réellement pourpre, l’amour fatal.



Tombe de Tristan et Yseult


Parfums de cette rubrique :


Roses fraîches



Roses fruitées

  • Nahéma de Guerlain



  • Commentaires

    Navigation

    Articles de la rubrique

    • Les roses