L’Interdit de Givenchy (1953) : des délices d’un poudré fruité au fleuri-fruité boisé

dimanche 29 septembre 2019
par  Lavinia

JPEG - 9 ko

L’Interdit (1957 et 1918)



L’Interdit n’a jamais rien eu de très osé. Ce n’était pas le but du parfum. Selon la légende, lorsque Hubert de Givenchy annonça à Audrey Hepburn qu’il souhaitait commercialiser son parfum personnel, celle-ci répliqua : « Mais je vous l’interdit ! ». C’est pourquoi le parfum fut appelé ainsi.



JPEG - 20.5 ko

L’Interdit publicité vintage



Enfin, l’histoire s’arrangea car, au fond, les deux compères étaient de bons amis. Par-dessus tout, Givenchy habillait magnifiquement Audrey Hepburn à la fois pour ses besoins personnels et ses rôles au cinéma. Manquant de confiance en son physique, qu’elle jugeait laid, Audrey disait que les robes somptueuses et très originales de Hubert, avec leurs coupes sculpturales d’une rare beauté, lui redonnait confiance et lui permettait de prendre la parole devant des centaines de personnes. Givenchy savait mettre en valeur sa minceur, son petit visage mutin et son expression enfantine.



JPEG - 7 ko

Givenchy et Hepburn (ny.com)



Aussi loin d’être un parfum provocant, L’Interdit a, au contraire, un côté très girly. Dès le départ, sa fameuse note de fraise, qui marque obstinément le parfum, donne le ton : il rappelle l’odeur des baumes à lèvres pour enfants ou la délicatesse des fraises sauvages, non les bonbons ou les chewing-gums.



JPEG - 10.9 ko

Fraises sauvages (wikitionary.org.com)



A vrai dire, si je l’avais lu, je n’aurais même pas su détecter qu’il s’agissait d’une fraise, tant les arômes de fraise ordinaires me paraissent éloignés de la réalité. Mais cette note m’apparut au départ comme étant tout simplement délicieuse et innocente, aux côtés d’une pêche et une orange toutes deux aussi douces, annonçant la rose plus effacée, présente parmi les notes de cœur.



JPEG - 9.5 ko

Pêche (thewallpaper.co)



JPEG - 20.3 ko

Oranges (shutterstocks.com)



Mais il ne faut pas croire que L’Interdit en devient un parfum gourmand ou un jus réservé aux jeunes filles. La bergamote et des épices – du poivre et un clou de girofle fleuri, tendant vers l’œillet, plutôt que fortement épicé – lui donnent toute la stature d’une composition de qualité. En effet,L’Interdit, sorti en 1957, alors que Audrey Hepburn en avait eu l’usage exclusif depuis trois ans, est l’œuvre de Francis Fabron, à qui l’on doit aussi Le Dix de Balenciaga, L’air du temps de Nina Ricci et Baghari de Robert Piguet. Tous ses parfums ont quelque chose en commun : ils sont beaux, mais accessibles, du à une composition très maîtrisée, comblant les femmes qui voulaient une senteur exquise, non pas un sillage trop ostentatoire.



JPEG - 13.4 ko

Clou de girofle fleurs (hermitageoils.com)



JPEG - 27.3 ko

Bergamote (artofeating.com)



Alors pourquoi la maison Givenchy a-t-elle jugé utile de reformuler L’Interdit en 2002 ou 2003, afin de plaire aux nouvelles générations, alors qu’une reformulation plus respectueuse de l’original fut exécutée en 2007 dans Les Mythiques Collections ? Faut-il y voir l’occasion de profiter pleinement du nom célèbre en leur possession en faisant du masse-marketing ?



JPEG - 5.7 ko

L’Interdit de Givenchy (2002-3)



Il semblent que pour ce faire le problème majeur soit les aldéhydes en notes de tête que certains jugent démodées. Elles donnent trop de hauteur au parfum et renvoient au style d’une autre époque. Personnellement, je les apprécie beaucoup, justement en raison de leur caractère hautain, qui apporte de l’élégance à un parfum plutôt joli que sublime comme L’Interdit.



JPEG - 7.2 ko

Audrey Hepburn (en.wikipedia.org)



De plus, elles confèrent de l’abstraction aux notes florales, dont on retient surtout l’iris et la violette, bien que le narcisse offre un contraste saisissant avec son odeur de fleur blanche narcotique et son petit côté vert. L’ylang-ylang épicé, quant à lui, renforce cette nuance entêtante.



JPEG - 14.6 ko

Ylang-ylang (cannafloria.com)



JPEG - 9.3 ko

Narcisses (jardinage.ooreka.fr)



A mi-chemin entre le jasmin et la tubéreuse, cette fleur exotique, enivrante, fruitée et crémeuse, rejoint à la fois les notes de tête fruitées, le jasmin et le bois de santal en note de fond. Bref, ces deux fleurs ajoutent une nuance lascive très maîtrisée à L’Interdit. Pour le reste, l’iris, la violette et la rose sont traitées de façon à évoquer les produits cosmétiques de qualité, formant un nuage poudré exquis – celui qui flottent dans un boudoir ou une loge d’actrice.



JPEG - 10.1 ko

Loge de Audrey Hepburn (rose_istockphoto.com)



JPEG - 7.8 ko

Violette et iris (perfumersworld.com)



Je suppose aussi que la pointe de musc en note de fond était devenue indésirable, même si elle apportait une merveilleuse vibration animale aux notes fruitées, qui, sans elle, tombent dans la banalité. En fait, le musc donne une tonalité poudrée et intime à tout le parfum, qui, sous ses notes de fruit et d’épices fraîches, rappelle la peau d’une femme. Toutes les notes de fond y contribuent : le bois de santal crémeux, l’ambre animale, la myrrhe ou le benjoin chaleureux et sucrés, ainsi que la coumarine poudrée et le vétiver légèrement salé, sentant un peu le renfermé comme dans une loge.



JPEG - 6.2 ko

Loge de Audrey Hepburn (pinterest.com)



JPEG - 7.7 ko

Poudre de bois de santal (ebay.com)



Et c’est surtout ce fond magnifique qui manque aux diverses reformulations. L’original en devenait caressant. Jean Guichard et Olivier Gillotin firent de L’Interdit un fruité-floral tout à fait agréable, en 2002 ou 2003. La nouvelle formule fut conservée à 85%, mais les retouches changent le caractère poudré du parfum, en diminuant le pourcentage de coumarine, ainsi que son animalité, en retirant l’ylang-ylang et le musc naturel.



JPEG - 7.6 ko

Coumarine et fève de Tonka (pinterest.com)



JPEG - 6.7 ko

Musc de chevrotin (en.wikipedia.org)



De plus, L’Interdit perd l’abstraction dont il faisait preuve. Plus d’aldéhydes voilant les fleurs, mais, au contraire, une rose blanche fruitée et de la fleur d’oranger leur apporte de l’éclat.



JPEG - 5 ko

Rose blanche (homepot.com)



JPEG - 7.4 ko

Fleur d’oranger layers.experimentalperfumeclub.com)



Puis, en 2018, Givenchy créa encore une nouvelle EDP, se servant du nom L’Interdit. De grands parfumeurs, Dominique Ropion, Anne Flipo et Fanny Bal, non moins, ont été convoqués, afin de composer cette tubéreuse synthétique sur un joli fod de patchouli et d’ambre. Enfin, en 2019, nous avons droit à la version EDT. Les mêmes parfumeurs inventent un départ pétillant, reposant sur des notes de poire et de bergamote. Avec l’EDP, on arrivait vite au cœur de fleur crémeuse, puis au beau fond ambré et boisé, qui ne remplacent cependant pas les délices sous-jacents de l’original. L’EDT, plus amusant, se focalise sur les notes de tête de fruits artificiels.



JPEG - 3.7 ko

Poire (amazon.com)



JPEG - 6.6 ko

Tubéreuse (gardenexpress.com.au)



La campagne publicitaire, quant à elle, exploite l’idée d’un interdit excitant, le site de Givenchy le décrivant en ces termes : « Composition narcotique à la fois sombre et lumineuse, cette Eau de Parfum audacieuse est une invitation à franchir ses propres limites et assumer, avec élégance, sa singularité. » Pari gagné, selon ’L’Indépendant’, L’Interdit de 2018 est devenu l’un des parfums préférés des françaises, dépassant La vie est belle de Lancôme, tant il est facile à porter ! Pas plus que l’original, qui jouait sur le côté enfantin et drôle de Audrey Hepburn, L’Interdit aux fleurs blanches ne se révèle-t-il audacieux. Reste que celui de 1957 troublait par sa sensualité à la fois spontanée et sophistiquée, juxtaposant des notes fruitées, que j’associe au rire frais d’Audrey Hepburn, avec des notes animales plutôt liées à sa féminité glamour.



JPEG - 5.9 ko

L’Interdit de Givenchy (2018)



JPEG - 24 ko

L’interdit de Givenchy, campagne publicitaire (2019)



Pour résumé, L’Interdit de 1959 nous proposait un scenario amusant. Un départ à la Gatsby Le magnifique nous transporte dans une garden party où une femme trempe ses lèvres maquillées dans un cocktail fruité ou une glace ; puis le cœur du parfum nous amène dans un lieu où elle retouche son maquillage et s’entretient en privé ; enfin le fond dévoile progressivement une peau nue, merveilleusement parfumée. Moderne et intimiste, L’Interdit associait des notes sucrées et cosmétiques avec une élégance nonchalamment sensuelle. L’excellente qualité de ses notes de fond lui permettait de durer très longtemps, et ce tout en finesse. C’est un parfum que je porte volontiers au début du printemps ou en automne.



JPEG - 7.4 ko

Audrey Hepburn (Sabrina de 1954)



JPEG - 7.9 ko

Audrey Hepburn dans sa fameuse combinaison (Sabrina de 1954)



Aujourd’hui L’Interdit s’est transformé en parfum floral-fruité, tout à fait correct, bien que trop sucré à mon goût, qui ne se distingue pas franchement de l’offre habituelle, bien qu’il reprenne bien l’idée d’un contraste entre des notes fruitées, comme la poire, et quelque chose d’animal, en l’occurrence, les fleurs blanches, sans aller très loin dans cette direction dangereuse. Reste que l’original avait la grâce d’un parfum qui reflétait bien le charme unique d’Audrey Hepburn, à la fois drôle et sérieuse, forte et vulnérable. Malgré l’enthousiasme de ces défenseurs, L’Interdit de 2018 ne me paraît dénué de cette face sombre, qui en faisait un parfum romantique et raffiné.



JPEG - 9 ko

Labdanum (labdanum_essential7-2.com)



JPEG - 13.9 ko

Myrrhe (gonative.co.nz)



L’Interdit (1957)



Notes de tête :

Aldéhydes, Orange, Pêche, Bergamote, Fraise et Épices (poivre et clou de girofle)



Notes de cœur :

Iris, Violette, Narcisse, Jasmin, Rose et Ylang-ylang



Notes de fond :

Bois de santal, Ambre, Myrrhe, Musc, Vétiver et Tonka



L’Interdit (2018)



Notes de tête :

Bergamote, Poire et Cerise confite



Notes de cœur :

Tubéreuse, Fleur d’oranger, et Jasmin Sambac



Notes de fond :

Patchouli, Vétiver, Ambroxan, Caramel et Vanille