Putain des Palaces d’Etat Libre d’Orange : La poudre des fards ; Le cuir des canapés

vendredi 2 novembre 2018
par  Lavinia

JPEG - 4.6 ko

Putain des Places d’Etat Libre d’Orange (etatlibredorange.com)


Putain des trottoirs putain des palaces

_ Pour les mecs dans l’fond c’est le même tabac

_ On lui paye son prix on s’en débarrasse

_ Faut qu’elle fasse l’amour et pas d’embarras

’Ronsard 58’, Serge Gainsbourg



JPEG - 6.2 ko

’Most expensive one night stand’ article de Anna Pukas (12/03/08) (express.co.uk)



Le nom de ce parfum, d’État Libre d’Orange, viendrait de cette chanson, peu propre, il est vrai, à faire rêver les femmes de prostitution de luxe, puisqu’elle met l’accent sur le mépris que les hommes ressentent pour elles, menant à l’instrumentalisation et au délaissement.



JPEG - 26.7 ko

Toulouse Lautrec, La femme remontant son bas (1894)



Etat Libre d’Orange a relevé l’expression ‘putain des palaces’ et lancé son parfum, en 2006, ‘comme le fantasme absolu’ des femmes, qui rêveraient toutes d’une aventure clandestine avec un homme, rencontré au bar d’un grand hôtel.



PNG - 72.2 ko

Scott Winant, L’amour de ma vie (1997)



La publicité filmée raconte l’histoire de cette nuit d’amour par la bouche de l’amant d’un soir, disant qu’envers cette femme, dont il ne connaît pas le nom, il n’éprouve pas l’amour, mais qu’il se souviendra toujours d’elle. Un fantasme qui peut bien être partagé.

JPEG - 5.5 ko

Etat Libre d’Orange, This is not a love scent (affiche publicitaire)



JPEG - 4.6 ko

Jeune et Jolie de François Ozon (2013)



Le site d’Etat Libre d’Orange commence par se placer du point de vue de la femme, qui "se pare des attraits de la séduction." La composition de Nathalie Feisthauer comporte une note poudrée évoquant son rouge à lèvre et, plus généralement, le maquillage : de la poudre de riz avec des notes violette. La rose y est peut-être déjà, mais elle ne se révèle que plus tard.



JPEG - 9.8 ko

Poudre de riz (centifoliabio)

JPEG - 8.5 ko

Frantisek-Zdenek EBERL, Femme se maquillant (1887-1962)



En revanche, je perçois bien, dès le départ, une note d’amande amère et de cuir doux, évoquant le chamois. Selon le site d’Etat d’Orange, la note cuirée annonce ce qui adviendra. Les appâts de séduction recèlent déjà la séduction à venir : « le boudoir, les mains qui s’agrippent à la moleskine, et la présence sourde, animale du plaisir à même le canapé. » Bref, on ne sort pas du boudoir. Son odeur poudrée estompe celle des fleurs et du cuir dans un même ensemble musqué plutôt abstrait.



JPEG - 8.7 ko

Manet, Nana (1877)



JPEG - 8.8 ko

Affiche pour la poudre de riz Diaphane avec Sarah Bernard



De ce point de vue, la composition de Nathalie Feisthauer s’adapte très bien au thème qu’Etat d’Orange lui avait donné. Car, à vrai dire, je ne sens ce parfum de façon structurée. C’est peut-être ce qui fait dire à plusieurs critiques qu’ils ont l’impression d’en porter deux : des notes de tête classique de violette et de rose, représentant le rouge à lèvre, puis des notes de fond de musc et de cuir, apparentés par beaucoup à une odeur de transpiration et d’aisselles.



JPEG - 8.7 ko

Chanel lipsticks (chinahao.com)



JPEG - 9.7 ko

Cuir (contrado.co.uk)



Pour ma part, il n’y a pas vraiment d’ordre déterminé dans ce fantasme. La violette, l’amande amère et le cuir font leur entrée ensemble avec une pointe de gingembre.



JPEG - 4.2 ko
JPEG - 9.8 ko















Gingembre bio aux vertus aphrodisiaques (aryuvana.fr) Amandes amères (cuisine-aromatique.info.fr)



JPEG - 15.5 ko

Violettes (misspixielulu.wordpress.com)



Je sens aussi une odeur de cacao ou de chocolat noir, qui, je ne sais pourquoi, est ma façon d’identifier certains muscs comme celui de Must de Cartier. Non seulement la femme à sa toilette rêve déjà de séduction et de sexe, mais elle fait elle-même partie du rêve de celle qui se fantasme en putain des palaces.

JPEG - 32.4 ko

František Kupra, Le rouge à lèvre n°11 (1908)



JPEG - 10.1 ko

František Kupra, Gigolette et débardeur (1909)



En fait, le tout reste flou comme une odeur de poudre parfumée sur un corps dénudé. A certains moment, l’orange ou la rose ressortent clairement, mais je ne sais jamais quant. Le cuir, la poudre de riz et le musc me semblent toujours présents, comme une odeur de peau et de canapé doux.



JPEG - 13.1 ko

La peau (livescience.com)



En revanche, s’il y a bien là une pointe âcre, point d’odeur d’aisselle ou de transpiration, mais plutôt celle des fards, qui, mal parfumés, tournent souvent un peu. Cette aigreur et l’amertume de l’amande s’équilibrent avec les notes sucrées de la violette, de l’orange et de la rose.



JPEG - 8.9 ko

Jean Puy, Bouquet d’oranges dans un pichet (1913)



JPEG - 15.4 ko

Frans Mortelsman, Nature morte aux roses (c.1865)



Le muguet, quant à lui, sert de transition entre les facettes aigrelettes du cuir et du musc, d’une part, et la douceur de l’orange et de la rose de l’autre. Du coup, le fantasme m’apparaît aussi de la sorte. Se rêver putain des palace en revient à se rêver en femme fatale, avec un pouvoir sur les hommes, auquel ils ne peuvent résister sur le moment, émus par l’apparition d’une séductrice, dont ils finiront par se lasser, la relation n’étant basée que sur le sexe.

JPEG - 4.5 ko

L’acte sexuel (gael.be)



Voilà se qu’en écrit Gainsbourg :

D’ailleurs un beau jour ma bath petite môme

_ Faudra qu’tu t’décides à passer la main

_ Alors en chialant tu t’diras qu’ma pomme

_ Elle avait du bon en tant qu’écrivain

’Ronsard 58’, Serge Gainsbourg



Peut-être que non dans certains cas...



JPEG - 9.7 ko

Catherine Breillat, Une vielle maîtresse (2007)



Enfin, si tel est le cas, alors disparaît le pouvoir fantasmé. D’ailleurs Ronsard 58 renvoie au sonnet de Ronsard :

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,

_ Assise auprès du feu, dévidant et filant,

_ Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :

_ Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle.

Pierre de Ronsard, Quand vous serez bien vieille



Mais certainement la femme qui fantasme sait elle-même que son pouvoir de séduction ne saurait durer. Seulement que faire ? Ne reste-t-il plus qu’à en profiter tant qu’il dure ?



JPEG - 4.5 ko

Luis Bunuel, Belle de Jour (1967)



Donc, si vous me croyez, mignonne,

_ Tandis que vostre âge fleuronne

_ En sa plus verte nouveauté,

_ Cueillez, cueillez vostre jeunesse :

_ Comme à ceste fleur la vieillesse

_ Fera ternir vostre beauté.

Pierre de Ronsard, Mignonne, allons voir si la rose



JPEG - 16.3 ko

Catherine Deneuve en 1967 dans Belle de Jour de Luis Bunuel



JPEG - 10.9 ko

Catherine Deneuve photographiée par Clemens Bilandans dans ’The Irish Times’ en 2018 (irishtimes.com)



In fine, que de conseils dont les femmes se moquent ! Je porte Putain des Palaces pour son côté un peu trash de parfum poudré, qui sent le renfermé, le maquillage et aussi une rose, point flétrie, mais teinté de l’odeur fruitée de l’orange et verte du muguet.



JPEG - 26.2 ko

Julia Roberts, photographiée par Helmut Smith



Je l’aime bien en automne, lorsqu’il fait froid, parce c’est le moment où on a envie de se calfeutrer dans un boudoir. Quant au reste, c’est l’affaire de chacun… On peut aimer les fleurs cachées dans un nuage de poudre.

JPEG - 27.1 ko

Edouard Vuillard, La coiffeuse (1895



Notes : Gingembre, Cuir, Orange, Violette, Rose, Muguet, Poudre de riz et Musc



J’oubliais le slogan d’Etat Libre d’Orange : This is not love. But you’ll never forget her. Cela me rappelle, bien sûr, ’I’m not in love’, le tube de 10CC. Seulement dans la chanson, il s’agit d’un déni d’amour !

 


Navigation

Articles de la rubrique