Musc Kublaï Khän de Serge Lutens (Shiseido vintage) : Caressantes fourrures

lundi 5 février 2018
par  Lavinia

Musc Kublaï Khän de Serge Lutens (vintage Shiseido) (photo sur mon compte instagram)

Muscs Kublaï Khän est une eau de parfum lancée en 1998 et lancée par Serge Lutens. La version dont je vais vous parler date de l’époque où il était affilié à Shiseido. C’est donc censé être la plus puissante. Lorsque j’ai pu me procurer un flacon, la réputation du parfum était déjà faite par des articles parlant de zoos, de bestiaires et de corps sales (Dominique Dominguès sur Au parfum), ou mieux « des aisselles d’un conducteur de chameaux qui ne s’est pas approché d’une source d’eau courante pendant une semaine » (Tania Sanchez, Perfumes, The guide).



Bestiaire (aquaportail.com)

Quelle ne fut donc pas ma surprise, en l’essayant pour la première fois, de le trouver résineux, musqué et ambré, du à une note d’ambre gris avec son odeur cuirée, tabac et boisée, le tout rappelant la fourrure et l’odeur de la peau. Il y a certes là une note de civette proéminente, mais rien qui ne rappelle les aisselles de qui que soit, voire la puanteur de la transpiration après une semaine dans le désert sans se laver.



Photo de William Vogt, Ambre gris (ambregris.fr)


Nul doute, cependant, Musks Kublaï Khän se définit bien comme un parfum animalier, mais, la civette mélangée aux muscs et à l’ambre gris, évoque plutôt la fourrure, la perspiration fraîche et la chaleur de la peau propre sous des couvertures en fourrure – une peau qu’on a envie de toucher. La civette n’y change rien : à la fois sucrée, amère et légèrement fétide, elle donne du piquant au castoréum et au labdanum.



Civette (gmalamaterre.canalbog.com)



Celles-ci sont déjà des notes animales : le castoréum dégage des senteurs de cuir, d’animal et de fumée ; le labdanum, ambré et chaleureux, révèle son animalité associé aux muscs. Mais la civette, qui, à l’état pur, sent franchement le fauve, devient sensuelle en dilution, tout en conservant un côté légèrement acre et sexuellement agressif, renforcé par la note de cumin, chaude, aromatique, anisée et animale.



castoréum (deermusk.com)



A ces notes de tête ambrées, marquées par la civette et le castoréum, s’ajoute une rose poudrée et vanillé, qui jette le trouble dans ce parfum qui me rappelle plutôt la peau masculine. Il semble donc qu’une femme serait entrée dans l’histoire s’étant couchée, sous les fourrures, avec sa crème de nuit à la rose.



Soin à la rose (lavyzoe.com)



Puis tout se passe comme si le couple passait à l’acte. L’ambrette en note fond renforce cette impression avec ses facettes poudrées et fruitée, bien que toujours animales et musquées, dans le ton du parfum. Le costus l’accompagne, apportant quelque chose de poussiéreux à l’ensemble, tout en restant, lui aussi, dans la tonalité animale du parfum. Le patchouli, quant à lui, semble terreux.



Ambrette (andulairah.com)


Racine de costus (etsy.com)



C’est seulement là que j’ai compris qu’il y avait un quelconque rapport entre le parfum et Kublaï Khän, lors de ses chevauchées soulevant la poussières des plaines. Marco Polo visita les territoires asiatiques et en fit le récit dans Le devisement du monde paru en 1298.



Marco Polo à la cour de Kublaï Khän



Il en ressort que la cour mongole était fastueuse et cultivée. Nous savons aussi que Kublaï Khän s’initia au bouddhisme et gouverna dans un esprit de justice et de générosité. Son plus cher désir était de devenir le shaman religieux des Mongols. A la fin de sa vie, il frisait l’obésité, revêtu d’une robe blanche symbolisant sa vocation théologico-politique.



Anige artiste népalais à sa cour, portrait de Kublaï Khän



Tout ceci étant dit contre l’image d’un Kublaï Khän sauvagement brutal, la meilleure description de parfum est celle de Serge Lutens lui-même :


« L’Empereur de Chine piétinait des fourrures de prix, de ses bottes crottées.

Les muscs les plus animalisés et toutes les peaux possibles et tannées, ont fait, dans ce parfum, une entrée fracassante…mais attention, ne vous fiez pas à la violence, car, sur la peau, c’est – toutes griffes rentrées - une patte de velours ! »




Pattes de velours (grenouille.forum-actif.fr)



En effet, c’est exactement cela. Le parfum de Lutens est à l’image de la vie de Kublaï Khan, tumultueuse pendant les guerres, puis sédentaire et vouée aux plaisirs de la table entre autres délassements très certainement. Quoi qu’il en soit, près un départ très animalisé, Muscs Kublaï Khan fond sur la peau comme une caresse.




Francesco Primaticcio dit Primatice (1504-1570)



Il en résulte que le parfum n’est pas unisexe, mais extrêmement masculin et féminin à la fois, selon qui le porte. Les notes acres et les notes poudrées rappellent respectivement l’homme et la femme, l’animalité du parfum les réunissant tout deux dans les fourrures de leur lit.




Fourrures sauvages (nafa.ca)



Parce qu’il fait patte de velours après environ vingt minutes, je trouve Muscs Kublaï Khän facile à porter, même en milieu professionnel. Mais je préfère le mettre avec une écharpe en fourrure tant il me rappelle cette matière. Sinon il convient aussi parfaitement l’intimité, car, par-dessus tout, Musc Kublaï Khan s’apparente à une caresse langoureuse.




Caresse (carevox.fr)



Notes de tête :

Civette, Castoréum, Labdanum, Ambre, Rose et Cumin



Notes de fond :

Ambrette, Muscs naturels, Racine de costus, Vanille et Patchouli


Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique