Gold d’Amouage : Symphonie de fleurs endiablées

dimanche 5 mai 2019
par  Lavinia

Amouage, Gold ( EDT vintage 1980s) (#lesplusbeauxparfums)


La première fragrance de la maison Amouage, fondée en 1983 par le Sultan d’Oman, sortit en cet honneur. Elle fut nommée Gold. Guy Robert avait reçu carte blanche ; il composa une symphonie. Souvent décrit comme luxueux, Gold évoque bien les dorures et le champagne avec sa juxtaposition de notes riches et fraîches. Abondance de fleurs tournoient dans la senteur sombre de l’encens et de la myrrhe, le tout adossée à des odeurs chaudes, animales et boisées.



Gustav Klimt Femme à l’éventail (1917)


Cependant, il ne s’agit pas d’un parfum extrêmement opulent, du moins dans la version EDT que je possède. Guy Robert apporte de la légèreté aux ingrédients traditionnels de la parfumerie Oman – la rose, l’encens, la myrrhe, la civette, le musc et le santal – , en leur apposant un voile d’aldéhyde et peut-être d’hédione, qui leur confèrent une dimension aérienne.



Cézanne, Bouquet de fleurs (1880)


Ce voile fleuri et fruité retombe toujours sur un fond de résines, de bois précieux et d’essences animales, mais celui-ci, bien que dense, n’a rien de lourd ni d’exagéré. Aussi la composition de Guy Robert reste par-dessus tout élégante et raffinée, avec l’air de ne pas trop en faire malgré ses somptueux atours.



Odile Redon Arcade gothique - Femme cueillant des fleurs (1905)


La toute première impression ? L’odeur d’encens, boisé, légèrement épicé, une idée toute simple semblable à l’octave descendante en musique, donnant la sensation d’être aspiré vers des tonalités plus basses.



Envol d’encens (alchemy-arts.com)


Puis un muguet vert perce l’encens de sa note aiguë et s’envole avec les aldéhydes frais et fruités, surprenant de vivacité, de force et de netteté par contraste avec la polyphonie des résines et des bois dans laquelle il finit par sombrer. Le ton lumineux d’une composition, qui éclate littéralement de joie, dépasse ainsi, dès le départ, le côté cérémonial de la parfumerie du Moyen-Orient et l’élégance convenue des parfums aldéhydés.



Muguet (amazone.com)


Peu après cette ouverture d’une texture transparente, une très belle rose rouge se profile et danse un moment avec le muguet noyé l’encens. Puis, prenant son relais, le jasmin entre en scène et la rose finit par se fondre avec lui.



Lisa Fotios, rose rouge, (pexels.com)



Jasmin (saga.co.uk)


Ce duo rose/jasmin ressemble à celui de Joy et, comme lui, évoque le pétillant de bulles de champagne. En l’espace de peu de temps, Guy Robert a créé un mini drame symphonique avec une maîtrise parfaite des rythmes d’évaporation : des notes effervescentes se détachent d’un fond opaque, chatoyant comme du velours, puis retombent indéfiniment, créant toujours une harmonie plus riche.



Nicolaes van Veerendael, Bouquet de fleurs dans un vase en cristal (1662)


Car la rose elle aussi se fond progressivement et la facette fruitée du jasmin va disparaissant au profit de son côté poudré, relayé par l’orris, l’animalité du jasmin trouvant ici un premier écho dans la myrrhe.



La myrrhe (theorganicgoatlady.com)



Orris (tipdisease.com)


A vrai dire, à partir de là, tout se passe comme si un jasmin vert s’enfonçait dans les notes somptueuses de la myrrhe, comme un tourbillon dans l’eau, en créant une spirale tournoyante, qui va pénétrer les fonds ténébreux d’ambre gris, de civette et de musc, de cèdre et santal, sans rien perdre de sa fraîcheur florale. Les notes animales ainsi creusées s’en trouvent aérées de l’intérieur d’autant plus que l’ambre gris leur insuffle douceur et subtilité. Leur rendu en devient aussi doux que riche.



Ambre gris (earthtouchnews.com)



Civette (macmillandictionary.com)


Brillant, jamais clinquant, Gold garde une élégance parfaitement polie tout en s’approchant du lyrisme avec finesse. Ce tour de force rappelle l’esprit de la 29ème symphonie de Mozart, repoussant les conventions de la musique de cour, avec son brio technique et son inspiration exaltée, mais conservant une certaine retenue héritée des symphonies salzbourgeoises.



Extrait de la 29ème symphonie de Mozart (wikipedia.en)


Très puissant au départ, en raison de l’encens, le sillage de Gold s’adoucit au bout de quelques heures et se maintient ainsi pendant toute la journée. Malgré les dires, Gold n’a donc pas à être réservé pour les grands soirs. Ce parfum émet une lueur dorée et douce d’un raffinement oriental par son côté résineux, d’une subtilité occidentale par sa joliesse poudrée.



Klimt, Adèle Bloch-Bauer (1907)


Quelque part à mi-chemin entre le floral aldéhydé et l’oriental fleuri, Gold se montre polyvalent à l’usage. Il serait dommage de s’en priver par de grises journées printanières. De plus, c’est une fragrance qui supporte aussi le temps moyennement chaud du printemps, en raison de la persistance de ses notes vertes et fleuries. En fait, un contraste entre des notes typiquement occidentale et orientale – encens/muguet ; myrrhe/orris – assure cet effet.



Muguet (5minutes.rtl.lu)


Notes de tête :

Encens, Muguet et Rose


Notes de cœur :

Myrrhe, Orris et Jasmin


Notes de fond :

Ambre gris, Civette, Musc, Bois de cèdre et Bois de santal