Joy de Jean Patou : Overdose de roses et de jasmin

mercredi 17 août 2016
par  Lavinia

Joy, le parfum, de Jean Patou


JPEG - 23.9 ko

Joy, le flacon en cristal du parfum (photographie tirée de mon compte Instagram)


Le parfum, Joy, créé en 1930, par Henri Alméras est une symphonie de fleurs d’une telle concentration qu’il en résulte un effet supra-naturel. Pourtant, on aurait très bien pu s’attendre à ce que l’accord central, plutôt simple et habituel, composé de jasmin de Grasse et de rose de mai, donne un bouquet fleuri attendu. Pourtant, l’ensemble, riche, lourd et sombre, tient du plein orchestre, non de la musique de chambre.



Roses et jasmins dans le vase de Delft, Auguste Renoir, 1881.

Comme dans la finale de la 5ème symphonie, la puissance dégagée par Joy, semble démesurée par rapport à son orchestration, si on suppose qu’elle repose principalement sur le jasmin et la rose. Pour plus de clarté, on peut poursuivre l’analogie plus loin. Selon Beethoven, « Le dernier mouvement de la Symphonie a trois trombones et un octavin — et bien qu’à vrai dire il n’y ait pas trois timbales, cette combinaison d’instruments produira quand même plus de bruit et, qui plus est, un bruit plus agréable que six timbales. » Le même principe est à l’œuvre dans Joy : la combinaison de peu de différentes sortes de fleurs produit l’effet d’un bouquet varié.

Allegro con brio du 1er mouvement de la 5ème symphonie de Beethoven.

Comment expliquer un tel prodige ? Il faut dire qu’Alméras a ajouté certaines bases de la maison Chuit Naef (aujourd’hui connue sous le nom de Firmenich), au cœur de jasmin et de roses, pour lui donner une vibration linéaire dont l’amplitude est considérable.




Jasmin (petalsandwings.com)


Cortège de roses

L’ylang-ylang et la tubéreuse lui ajoutent aussi une dimension supplémentaire, amenant les fleurs les mieux aimées et les plus connues, jusqu’à leur extrême limite : la tubéreuse tirant le jasmin vers sa propre facette jasminée et l’ylang-ylang la rose vers le jasmin tout en lui donnant un côté suave opulant.




Tubéreuse (rhs.org.uk)


Ylang-ylang (edenbotanicals.com)

Dès lors, il ne s’agit plus d’un bouquet au sein duquel on distingue les têtes des fleurs, mais d’un somptueux cortège, marchant en rythme, dont on perçoit le mouvement d’oscillation. Du reste, Alméras disposait de concrètes d’une très grande qualité, utilisées par Jean Patou, et transformées en absolues par une technique secrète de la maison. Mais surtout du musc et un arrière-fond de civette transforment ce parfum fleuri en quelque chose de profond avec une vibration sombre et mystérieuse.



Moschus moschiferus

Magnifique.


Notes de tête :

Ylang, Tubéreuse et Rose de Mai


Notes de cœur :

Jasmin de Grasse et Rose de Mai


Notes de fond :

Santal et Musc



Le parfum est aussi présenté dans cette flaconnette noire, inspirée par une antique tabatière de jade et dessinée par Jean Patou en 1932.


Joy (EDT vintage) de Jean Patou (photographie tirée de mon compte Instagram)


L’eau de toilette, Joy, adaptée par Jean Kerléo, est un bouquet floral à la fois très riche et très pur. L’accord de base, le jasmin de Grasse et la rose de mai, lui donne sa pureté fleurie. En effet, les notes de cœur et les notes de fond reprennent ce même accord, si bien qu’on ne détecte que des notes florales et naturelles, le côté sombre du parfum ayant disparu.



Bouquet de roses et de jasmin.

Mais il y a plus : dans mon flacon des années 60, le jasmin et la rose se sont si parfaitement mélangées avec le temps qu’une nouvelle fleur est née : la rose jasminée. Il n’y a rien de tel au monde, mais rien de plus simple non plus.




Pétales de roses et de jasmin.

Les notes de roses de mai et de jasmin sont plus proéminentes, certainement, parce que les notes de fond sont atténuées, voire changées. Impossible de rien savoir quant aux bases de Chuit Naef.




Notes de tête :

Ylang, Tubéreuse et Rose de Mai


Notes de cœur :

Jasmin de Grasse et Rose de Mai


Notes de fond :

Santal et Musc


Joy (EDP) présentation de l’édition spéciale de 2015 (photographie tirée de mon compte Instagram)


En 2015, Jean Patou a sorti une édition limitée de l’EDP et je n’ai pas résisté à la tentation de l’essayer. Quoi qu’il en soit, la version actuelle de l’EDP est un merveilleux parfum à la rose lacé de jasmin. Ces notes sont les seules que je distingue clairement dans ce parfum malgré la liste de notes sur Fragrantica. La différence avec l’EDT vintage reste qu’il y a beaucoup moins de jasmin et il manque le musc en note de fond. Mais il ne s’agit pas d’un parfum différent. Même l’ouverture de l’EDP est plus rosé, il finit par rejoindre EDT. Vous pouvez l’acheter en toute confiance.



Couronne de roses et de jasmin.

Selon Fragrantica, les notes sont pareilles dans toutes les versions de Joy. Cependant, le parfum, comme je l’ai déjà dit, a tout de même la particularité d’être plus sombre et l’EDT, version 1960, produit un tout autre effet que l’EDP actuel, parce que les notes de rose et de jasmin se sont parfaitement confondues avec le temps et ne forment plus qu’un seul mouvement.



Pétales de roses et de jasmins flottant dans l’eau.


Notes de tête :

Rose de Mai


Notes de cœur :

Jasmin de Grasse et Rose de Mai


Notes de fond :

Santal et Musc Blanc



Commentaires