Fleurs sauvages de Teone Reinthal : Fraîcheur et Dissonances

lundi 10 juin 2019
par  Lavinia

Teone Reinthal Fleurs Sauvages (#lesplusbeauxparfums)


Dans les fleurs, même celles réputées pour leur beauté, il n’y pas que des senteurs plaisantes, mais plutôt sublimes, défiant la joliesse, et on peut raconter une autre histoire que celle des accords lisses et polis. Avec Fleurs Sauvages, cette histoire commence avec la froideur pénétrante d’une lavande piquante, mais, paradoxalement, encore plus fine que les autres.



Lavande du Cachemire (indiamart.com)


Il s’agit de la meilleure qualité qui soit : la Lavandula Officinalis ou Augustifolia, cultivée en haute altitude, dans le Cachemire, dont les sommités fleuries sont distillées à la vapeur. Cette lavande détermine le caractère à la fois amer et rafraîchissant du parfum, que l’on pourrait classer comme un floral frais, en raison de cette lavande complexe et sophistiquée, qui garde, toutefois, son côté vivifiant de fleur de montagne. Des notes de sauge herbacée et camphrée viennent encore renforcer ses propriétés énergisantes et champêtres.



Lavande du Cachemire (saviturbota.com)


Un Absolu de chèvrefeuille (Lornicera perclymenum), qui s’affirme de plus en plus nettement, reste dans cette optique de fleurs fraîches, poussant dans des contrées sauvages, mais apporte les délices d’un nectar très miellé et légèrement fruité.



Lornicera perclymenum (earthangeloils.com)


Enfin la sauge et du Tanacetum annuum, une fleur jaune dont on distille les feuilles, afin d’obtenir une huile essentielle d’un bleu profond (ce qui lui vaut d’être plus généralement connue sous le nom de camomille bleue), jette un voile herbacé, camphrée et aromatique sur la composition, tout en soutenant les notes fleuries et fruitées de façon subtile.



Sauge sclarée, photographie de Sally Mccrae (kuyperscience-photo-library) (fineartamerica.com)



Tanacetum annuum (deruextracts.com)


Fleurs Sauvages, fidèle à son nom, imite donc les senteurs dissonantes de la nature, où en se promenant, on passe de fleurs aux senteurs douces à d’autres dont l’amertume se révèle parfois déplaisantes. A vrai, dire toutes les fleurs ont ses deux faces, même si l’une domine généralement l’autre.



Martin Daly, Fleur en décomposition (fineartsamerica.com)


Par exemple, le chèvrefeuille contient beaucoup de linalol, d’où son côté doux et fleuri, mais aussi de la cis-jasmone épicé, de la lactone de jasmin, expliquant son côté lacté et fruité, ainsi que d’autres molécules partagées avec le jasmin, qui permettent de la considérer comme une fleur blanche, malgré des similitudes chimiques, notamment avec l’ylang-ylang et le benzaldéhyde lui conférant l’amertume de l’amande amère.



Lornicera perclimenum (rhs.org.uk)


Aussi, dans Fleurs Sauvages, Teone Reinthal produit une impression d’instabilité et de contrariété entre les notes, en confrontant, d’emblée, une lavande aux accents amers avec le chèvrefeuille miellé. Mais l’Hélichryse (je suppose qu’il s’agit ici d’une l’immortelle sauvage africaine, dont le nom scientifique, Helichrysum odoratissimum, révèle l’intérêt pour la parfumerie) et l’ambrette, omniprésentes, possèdent, comme la lavande, de multiples facettes contraires.



Helichrysum odoratisssum (africanplants.senkenberg.org)



Graines d’ambrette (hermitageoilsaustralia)


En effet, la lavande, garde un fond rustique, vert et froid ; l’immortelle, puissante, à la fois florale et poussiéreuse, aux odeurs proche de la rose miellée et de la camomille résineuse, dégage aussi une forte odeur camphrée ; l’ambrette, enfin, avec ses accents ambrés et ses rondeurs à la fois fruitées et musqués, possède une facette légèrement animal et surtout métallique. Cette froideur du métal se trouve encore accentuée par une pointe de poivre noir et une note persistante de feuille de cannelier, délicate, épicée et métallique.



Poivre noir (trollbeads.com)



Feuilles de cannelier du Ceylan (mi-aime-a-ou.com)


Tout se passe comme si la parfumeuse ne tente pas de résoudre ces tensions afin de créer une composition parfaitement harmonieuse. Elle joue, de fait, sur les notes dissonantes des fleurs et donne ainsi un caractère sauvage à son parfum. Sur le plan artistique, on peut rapprocher cette démarche des musiques où plusieurs harmonies entrent en conflit comme celles d’Arnold Schoenberg.



Partition de Shoenberg (wihipédiacom)


Il y a là un refus de la consonance et du confort que l’on y trouve. Pour prendre un autre exemple, Pasolini refusait l’idée de la synthèse : les contraires coexistent et reste irréconciliable. Au fond, il s’agit ici d’une vision de la nature qui remonte à Héraclite : nulle chose ne demeure ce qu’elle est et tout passe en son contraire.



Magritte, L’Empire des Lumières 2 (1950)



« Joignez ce qui est complet et ce qui ne l’est pas, ce qui concorde et ce qui discorde, ce qui est en harmonie et en désaccord ; de toutes choses une et d’une, toutes choses. »

Cela signifie que rien n’est tout à fait ceci ou cela, mais que les choses sont continuellement créées par des forces contraires et s’assemblent ainsi pour un temps. C’est pourquoi Héraclite fait de la guerre le roi du cosmos. Les choses rassemblent des forces contraires pour un temps, avant de disparaître, soumises, en permanence, à d’autres forces contraires, venant de l’extérieur, qui s’écoulent en elles et les changent jusqu’au point où elles ne sont plus. A cela, il n’y a point de remède.


Nikolai A. Tarkhov, La grande Faucheuse (av.1924)


Fleurs Sauvages prend acte de ce fait. Parfois le sucré et l’amer coïncident, mais une note attractive vient remuer cet équilibre, comme le chèvrefeuille, qui jette soudain son nectar miellé, un peu fruité, au sein d’un mélange qui semblait s’être équilibré autour de deux pôles contraires.



Chèvrefeuille sauvage (naturescape.co)


Pour moi, Fleurs Sauvages se porte au printemps, par temps chaud, plutôt le jour que la nuit, afin de pleinement profiter de toutes ses nuances et de son effet rafraîchissant. Il ne nécessite pas une tenue élégante, parce que dissonant lui-même, ce parfum crée des tensions, voire entre en conflit, avec tout ce qui l’entoure. Alors pourquoi ne pas rester dans cet esprit ? Ce pendant, lorsque l’on atteint les notes de fond l’ambiance s’apaise, car la chaleur du chèvrefeuille et du baume de Tolu l’emportent sur la froideur du reste du parfum.


Baume de Tolu (hermitageoils.com)


En fine, les plantes sauvages réconfortent. D’ailleurs, lorsque l’on regarde la composition de Teone Reinthal, on est frappé par le nombre de plantes hautement prisée en aromathérapie : la lavande du Cachemire, l’Hélichrysum, la camomille bleue et le baume de Tolu, utilisées pour leurs vertus cicatrisantes, antiseptiques, respiratoires, respiratoires, énergisantes et calmantes, depuis la nuit des temps. Au matin et tout au long de la journée, Fleurs Sauvages rafraîchit ; le soir venu, il réchauffe.


Crème à la camomille bleue (intothegloss.com)


Notes : Lavande, Immortelle, Chèvrefeuille et Ambrette