Violet Firefly de Teone Reinthal

dimanche 31 mars 2019
par  Lavinia

JPEG - 38.2 ko

Violet Firefly de Teone Reinthal (#lesplusbeauxparfums)



‘Firefly’ se traduit par lucioles, une famille d’insectes, les coléoptères, qui regroupe plus de 2000 espèces. Presque tous produisent une lumière froide, allant du jaune au vert, dépourvue de fréquence infrarouges ou infra-violettes. Pour une parfum à la violette, cela pourrait paraître étrange, mais avec Teone Reinthal, nous sommes toujours au pays des fées. Ses parfums m’évoquent d’ailleurs les illustrations des contes du 19ème siècle, montrant les fées liées aux eaux et à la végétations.



JPEG - 11.6 ko

Firefly (Ida Rentoul Outwaite)



En l’occurence, Violet Firefly rappelle de magnifiques dessins des fées aux allures d’insectes, affectionnés pour les Czech, qui figurent notamment dans Broučci, un livre pour enfant, de Jan Karafiát, paru en langue Czech au début des années 1870. Le titre, Coléoptère, se traduit généralement par ‘firefly’.



JPEG - 27.6 ko

Firefly (Jiri Tnra)



Pour la note, les lucioles, qui enchantèrent notre enfance, sont en voie de régression dans le monde, à cause de l’usage d’insecticides et de la pollution lumineuse. Le dérèglement climatique serait aussi en cause. C’est malheureux parce que hormis leur caractère enchanteur, ces insectes jouent un rôle crucial en tant que prédateurs des chenilles, des escargots et des limaces. En tant que parfum chypré, Violet Firefly évoque bien la strate herbacée et buissonnante, qui lest leur habitat naturel.



JPEG - 34.6 ko

Photo de Hilda Rios, Les lucioles dans la forêt de Santa Clara au Mexique (shutterstock) (washingtonpost.jpg)



Tout commence pour une note verte de bergamote italienne qui illumine la composition comme les fameuses lucioles. Mais elle est immédiatement rejointe par de la sauge, herbacée, florale et un peu musquée, ainsi que de l’absolue de fleur de violette, herbacée elle aussi et fraîche, ce qui nous situe immédiatement dans les sous-bois, là où résident les fées et les lucioles. Or, comme tout le monde le sait, les fées savent manipuler les lois de la nature, du moins là était-ce là leur réputation au Moyen-Age.



JPEG - 7.7 ko

Sauge sclarée (grustica.fr)



JPEG - 21.5 ko

Violette odorante avec ses feuilles (gerbeaud.com)



Les théologiens, dont Saint Thomas d’Aquin, distinguaient les actions surnaturelles, uniquement attribuables à Dieu, et les dons préternaturals, pouvant être possédés par des créatures, que la tradition accorda surtout aux fées ainsi qu’aux elfes. Il ne faut donc pas s’étonner que les lucioles commencent à émettre une lumière légèrement violette dans Violet Firefly, un parfum féérique.

JPEG - 31.8 ko

Tempera collage, Lucioles la nuit venue (pinterest.com)



La feuille de violette a une odeur différente de la fleur, dans la mesure où le côté bonbon reste absent, mais elle rejoint l’absolue de violette avec des nuances florale, verte, douce, poudrée et persistante. Dans Violet Firefly, c’est donc en profondeur que l’on sent une odeur de violette, de tant à autre, au travers de la verdure.



JPEG - 9.8 ko

Violette odorante au milieu de son feuillage, (conseils-phytoaroma.com.)



La fleur au cœur de ce chypre, qui sublime sa fraîcheur tout en lui apportant une touche indolique, est un jasmin vert que je suppose être une sorte de jasmin grandiflorum, ce dernier différent énormément fonction du terroir dont il provient.



JPEG - 8.6 ko

Jasmin Grandiflorum (lgbotannicals.com)



La trame verte de Violet Firefly se poursuit avec une base de mousse de chêne, qui a des tonalités complexes de sous-bois terreux et moisi. Il faut savoir que la mousse de chêne de Teone Reinthal n’a pas été séparée de ses molécules les plus odorantes. Si vous voulez un vrai chypré, n’hésitez pas à choisir dans sa collection. Tous contiennent de la bergamote et de la mousse de chêne non trafiquées, du labdanum, et souvent du patchouli ou du cyprès.



JPEG - 11.2 ko

Mousse de chêne (commons.wikimedia.com)



Dans Violet Firefly, cette base s’enrichit de bois de santal de Mysore, ce qui renforce le côté boisé du parfum et apporte de magnifiques notes douces, lactées, veloutées, poudrées et un peu cuirées. Ce bois de Santal, dont la parfumeuse possède une importante réserve, est la signature de ses parfums. Lorsque j’ouvre la boîte dédiée à ces créations, c’est cette odeur délicieuse qui s’en émane immédiatement avec sa base balsamique riche et intense. De plus, du beurre d’iris vient accentuer cette facette crémeuse du santal de Mysore et procure au parfum, jusque là plutôt vert, un effet de contraste exquis.



JPEG - 8.6 ko

Santal de Mysore (lgbotanicals.com)



J’aime particulièrement porter les parfums au nuances de violette au mois de Mars lorsqu’elles apparaissent, mais Violet Firefly, doux comme de la soie, bien que vert, se montre polyvalent. Un vrai chypré est toujours un parfum très élégant. Donc à vous de voir si vous voulez un effet de contraste entre votre tenue et une fragrance sophistiquée et originale, ou si, au contraire, vous préférez jouer la carte de l’élégance.



JPEG - 15.9 ko

Orris roots (chagrinvalleysoapandsalve.com)



Notes : Bergamote, Sauge, Santal de Mysore, Absolue de feuille de violette, Jasmin, Orris et Mousse de chêne


Documents joints

Zip - 69.8 ko