Diorella de Christian Dior : Chypre léger

jeudi 20 septembre 2018
par  Lavinia

JPEG - 6.8 ko

Diorella de Christian Dior, Le Parfum (vintage années 70s )



Diorella se distingue par son caractère étrange. Lancé en 1972 par Christian Dior, sa structure imite celle d’Eau Fraîche, dont Roudniska dit : « C’est un vrai chypré, probablement le seul chypré authentique existant sur le marché aujourd’hui » (Parfums de Légende de Michael Edwards (p.160)) Or il faut savoir que Roudniska pensait qu’un ’vrai chypré’ devenir contenir du jasmin sur le modèle de Chypre de Coty né en 1917.



JPEG - 8.6 ko

Jasmin Grandiflorum (lgbotanicals.com)



Toutefois, comme son nom l’indique, Eau Fraîche se voulait un parfum frais et épuré, deux caractéristiques dont Roudniska fit sa marque de fabrique. avec l’accent mis sur les notes de tête où la bergamote s’accompagne de citron, de mandarine, d’orange, ainsi que de notes vertes. On constate d’ailleurs que Diorella contient les mêmes notes de tête, hormis la mandarine et l’orange remplacées par le melon, comme dans Le parfum de Thérèse, ce qui lui donne un tour fruité différent.



JPEG - 4.9 ko

Melon (andreclaude.fr)



Le melon, en effet, se révèle sucré et rafraîchissant, mais il possède aussi une facette de fruit pourri, assez proche de la chair en décomposition, voire de l’odeur des égouts ou des vomissures. On peut penser que la pêche et le chèvrefeuille renforce sa facette miellée et le patchouli ses relents de pourriture.



JPEG - 8.4 ko

Chèvrefeuille (crocus.co.uk)



JPEG - 9.1 ko

Patchouli (davinawellness.com)



D’ordinaire, les parfumeurs évitent cet aspect du melon. Roudniska, quant à lui, le privilégie afin d’éviter le sucré et d’ajouter quelque chose de charnel dans un parfum avec des notes plutôt légères et un fond de mousse de chêne qui les enrobent. Le melon ne prend donc pas la place importante qui lui est accordée dans Le parfum de Thérèse. Mais il reste néanmoins une touche très présente, quoique ternie, verdie, par d’autres notes.



JPEG - 11 ko

Gustave Caillebotte, Melon et bol de fruits avec figues (1880_2)



Les notes vertes de Diorella sont, en effet, infléchies par du basilic, dès le départ, ce qui leur donne beaucoup de puissance. Le rapprochement avec Eau Sauvage, dont Diorella a été décrit comme le pendant féminin, vient de cette note de basilique dominante et peut-être aussi de la mousse de chêne et du vétiver en notes de fond.



JPEG - 9.4 ko

Basilic (lesamesfleurs.com)



Bien qu’Eau Fraîche contiennent aussi un peu de mousse de chêne, elle n’est pas mise en valeur par du vétiver et surtout du patchouli, mais plutôt adoucie par de la vanille, alors que le vétiver joue aussi son rôle dans Eau Sauvage.



JPEG - 15.3 ko

Vétiver (dapperconfidential.org)



Je ne sais, certes, quels sont les produits entrés dans les notes vertes. Mais il se pourrait qu’il y ait là de la menthe, ce qui expliquerait l’opinion de Chandler Burr, selon qui Diorella sent la crème de dentifrice, mais celle-ci peut très bien être parfumée au basilic. De toutes les façons, il y a quelque vérité dans cette analyse sommaire, bien que le parfum soit plus complexe qu’elle ne le laisse entendre.



JPEG - 5.8 ko

Dentifrice au basilic (biororient.fr)



En fait, il se peut que Burr reçoive la note de basilic comme de la menthe, les deux feuilles ayant une odeur poivrée, herbale, végétale et verte. Seulement le basilique, plus épicé, doit son odeur spécifique à l’eugénol et au méthyle-eugénol. Il est plus anisé aussi et se pourrait qu’il soit soutenu par des feuilles de galbanum dans Diorella. Mais il existe aussi une espèce de menthe très proche du basilic : la menthe-basilic !



JPEG - 27.5 ko

Menthe-basilique (plantearomatique.com)



Toutefois, le plus curieux dans ce parfum ne vient pas de ses notes de tête ou du melon, mais du jasmin, en note de cœur, qui semble à la fois fruité et vert. Je pense la fleur de Jasminum grandiflorum est à l’origine de ce parfum doux et aérien.



JPEG - 5.3 ko

Jasmin grandiflorum (seedsofremembrance.com)



La pêche accentue son côté fruité, le chèvrefeuille rejoint le melon et la rose sa douceur fleurie. Mais leurs notes singulières sont uniquement perceptibles de temps à autre, tant on a l’impression de sentir le seul jasmin déployant sa senteur, le soir venu en été et au début de l’automne, tout au long de la nuit.



JPEG - 26.5 ko

Aammer Almutawa, Under the moonlight (flickr)



Aussi la tenue de Diorella est-elle excellente et malgré son apparente simplicité, il ne manque de surprendre tout au long de la journée. La tonalité de son accord vert passe des feuilles aromatiques, au floral, puis au boisé ; son accord floral s’annonce avec la bergamote et se poursuit avec des fleurs fraîches adossées à de la mousse de chêne ; son accord fruité de citron, de melon et de pêche, allie la fraîcheur, soutenue par le vétiver, et un côté fruit trop mûr dont le patchouli se fait le relais.



JPEG - 28.7 ko

Claude Monet, Nature morte avec melon (1872)



En raison de la présence du melon et de la pêche, ainsi que de l’accord bergamote/jasmin/mousse de chêne, Diorella se classe parmi les chyprés fruités légers. Il se porte très facilement au printemps, comme en été, bien que je le préfère en automne, en raison de cette légère odeur de moisissure, venant du melon et du patchouli, qui viennent rappeler que la récolte du jasmin se poursuit jusqu’en Octobre dans la région méditerranéenne du Sud de la France, d’où Roudniska tira son inspiration pour ce parfum.



JPEG - 16.8 ko

Les champs de jasmin du domaine de Manon, réservé aux Parfums Dior, Photographie de Lisa (francebleu.com)



Ainsi, frais et festival, Diorella porte aussi en lui des relents de décomposition, de fruits et fleurs pourris, ce qui le rendent sophistiqué, avec sa composition jouant sur deux opposés : la fraîcheur et la pourriture. C’est là du grand art : faire du beau, non du joli, en n’ayant pas peur d’intégrer ce qui est généralement considéré laid dans l’œuvre.



JPEG - 7.7 ko

Citron à moitié pourri (xhere.com)



Mais peut-être que la plus grande prouesse technique de ce parfum est de rester léger jusque dans ces notes de fond. Autrement dit, Diorella garde sa transparence jusqu’au bout sans rien perdre de sa teneur.



JPEG - 30.8 ko

René Gruau, Affiche publicitaire pour Diorella



JPEG - 38.9 ko

Picasso, La famille d’Arlequin (1905)



Notes de tête :

Citron, Bergamote et Notes Vertes



Notes de cœur :

Jasmin, pêche, chèvrefeuille, rose et cyclamen



Notes de fond  :

Mousse de chêne, vétiver, patchouli et musc