Un matin d’orage d’Annick Goutal : Jardin électrique

dimanche 10 juin 2018
par  Lavinia

JPEG - 13.1 ko

Un matin d’orage d’Annick Goutal (EDT)



Les cumulonimbus, joliment appelés ’thunderheads’ en anglias, apparaissent ; l’orage gronde ; des lueurs bleutées et des éclairs manifestent la présence de décharges électriques dans l’air.



JPEG - 10.7 ko

Cumulonimbus



JPEG - 9.4 ko

Éclairs bleus (pixers.fr)



Ce courant passe aussi dans notre corps sans qu’on en soit forcément conscient. En général, au gré des perturbations atmosphériques, les fonctions glandulaires, neurologiques, circulatoires, sécrétoires et psychiques subissent des modifications.



JPEG - 6.4 ko

Pierre Auguste Cot, La tempête, (1880)



Dans le cas de l’orage, le temps nous pèse et nous galvanise à la fois. Nous ressentons de la tension. C’est là ce qu’Un Matin d’Orage a de totalement extraordinaire : l’EDT, en particulier, donne l’impression de sentir l’électricité dans l’air du jardin lorsqu’il se transforme en champ de charges positives et négatives. Je ne sais comment Isabelle Doyen est parvenue à obtenir cet effet, mais j’ai une hypothèse.



JPEG - 11.8 ko

Tempête dans un jardin (wallpaperup.com)



PNG - 15.9 ko

Champ électrique de charges positives et négatives



La molécule responsable de l’odeur du jasmin se trouve être le méthyl jasmonate dérivé de l’acide jasmonique. L’huile essentielle de jasmin contient ordinairement entre 2 et 3 % de méthyl jasmonate. Celle-ci est aussi présente le magnolia champaca qui se joint au jasmin en note de cœur. Isabelle Doyen s’est donc probablement servie du méthyl jasmonate, ce composant très volatile, contenu dans l’huile de jasmin et de champaca.



PNG - 3.3 ko

Méthyl jasmonate



JPEG - 22.9 ko

Jasmin Sambac (logees.com)



JPEG - 27.7 ko

Michelia champaca (amazon.it)



Or celui-ci permet de propager une charge électrique aux feuilles dont les plantes se servent comme signaux, afin de produire des hormones nécessaires à leur activité physiologiques, voire une défense chimique contre les prédateurs. Mettre l’accent sur cette molécule nous communiquerait peut-être quelque chose de semblable à une atmosphère orageuse chargée d’électricité.



JPEG - 12.3 ko

Éclairs



JPEG - 9.4 ko

Leslie Pan Indigo lime garden (lesliespannatelier)



Quoi qu’il en soit, Un matin d’orage, paru en 2009, ne s’appréhende pas suivant l’ordre de la pyramide olfactive, car les petites décharges, en provenance des notes de cœur, viennent immédiatement électriser le citron sicilien et le gingembre.



JPEG - 8.9 ko

Citron de Sicile (localidautore.com)



La fraîcheur de la pluie s’exalte : l’odeur montante et épicée du gingembre, combinée avec la senteur extrêmement fruitée du citron sicilien, exprime d’entrée de jeu la tension produite par l’orage. Car si le côté zesté et rosé du gingembre rejoint le citron, une note savonneuse et grasse apporte du contraste.



JPEG - 7.8 ko

Huile de gingembre (balancemebeautiful.com)



En arrière-plan, le shiso vert plante le décor d’un jardin Japonais en connivence avec le gingembre. Ses notes mentholée, poivrée et herbacée forment aussi la jonction avec les accents vert du gardénia, du jasmin et du champaca en notes de cœur. Celles-ci forment un tout miellé et frais, comme le parfum des fleurs transporté dans l’air réchauffé. Aussi les notes de cœur sont à la fois plus sucrées et plus vertes.



JPEG - 21.2 ko

Shiso vert (iwantmyumani.myblogspot.com)



JPEG - 24 ko

Shiso vert sous la pluie (pxhere.com)



Tout au long du développement, on ressent toujours des charges électriques, mais les fleurs blanches détrempées livrent leurs senteurs. En particulier, le gardénia donne une note crémeuse de tubéreuse teintée de vert et le champaca livre son côté doux et rosé aux accents verts.



JPEG - 6.5 ko

Gardénia sous la pluie (pinterest.com)



Toutes deux s’associent à merveille avec un jasmin Sambac à la fois vert, fruité et frais, avec sa facette fleur d’oranger, venant de sa contenance en anthranylate de méthyle.



JPEG - 10.3 ko

Jasmin sous la pluie (pinterest.com)



La plupart des articles sur Un matin d’orage le traite comme un gardénia et le comparent aux autres parfums tournant autour de cette fleur. Cela reste tout à fait justifiée, car des notes laiteuses se combinent avec des notes vertes. Même s’il n’est pas cité sur le site d’Annick Goutal, je pense que ce gardénia est reconstruit, certes avec du champaca et du jasmin, mais aussi avec du magnolia à cause de son côté vanillé, citronné, vert et suave. Un Matin d’Orage compte donc parmi les gardénias réussis.



JPEG - 20.2 ko

Michela champaca in the rain (amazone)



JPEG - 7.2 ko

Jasmin sous la pluie (petalsandwings.com)



JPEG - 7.9 ko

Magnolia sous la pluie (dreamstimes.com)



Toutefois, l’intérêt principal de l’EDT me semble ailleurs. Un matin d’orage raconte une histoire : celle d’un déluge dans un jardin d’été. Isabelle Doyen enferme un instant de magie dans un flacon : celui de l’orage impromptu, qui transforme la lumière du matin en ciel ténébreux du soir.



JPEG - 30.2 ko

Rainstorm (japanese woodblock print)



L’EDT rend mieux cet effet et je le préfère donc à l’EDP. Un matin d’orage se porte facilement car ses notes transparentes et claires apparaissent sur un fond crémeux, venant des fleurs, mais aussi, je crois, de bois de santal et peut-être d’un peu de coumarine et de vanille. Comme beaucoup de parfums d’Annick Goutal, il est simple et pur, comme peuvent l’être les jardins japanois. Je le préfère au printemps ou en été, son caractère frais et fleuri, convenant très bien en ces saisons.



JPEG - 4.7 ko

Pluie dans un jardin japonais à Brooklyn (brooklynbotanicalgarden.jpg)



Notes de tête :

Citron de Sicile, Shiso vert et Gingembre



Notes de cœur :

Gardénia, Champaca, Jasmin Sambac et Magnolia



Notes de fond :

Bois de santal, Vanille et c
Coumarine