Shalimar de Guerlain : Rêves d’Amour et d’Orient

dimanche 11 février 2018
par  Lavinia

Shalimar (vintage 1950) (photo sur mon compte instagram)


Shalimar (vintage 1950) contient peu de notes jouant surtout sur les multiples facettes de la vanille. Lorsque j’ouvre mon flacon, la bergamote est la première note que je sens. Mais elle dure très peu longtemps, car une vanille fumée et cuirée l’enveloppe immédiatement.



Vanille fumée (artvitamalagasy.fr)


Dans la formule d’avant et d’après-guerre, Shalimar a aussi un fond animal très prononcé, qui s’affirme, en sourdine, au travers d’une bergamote encore zestée, acidulée et pétillante – ceci à tel point qu’on croit y discerner de multiples notes d’agrumes.



Olivier Brandley, Bergamote orange (lcva)


Il n’est nul secret pour personne que Jacques Guerlain avait repris la formule de Jicky afin de composer Shalimar, en lui retirant la lavande et le bouquet d’herbes de Provences, puis en lui ajoutant des overdoses de bergamote et de vanille. On peut donc supposer qu’il y a là des muscs, de l’ambre gris, du castoréum et de la civette, présents dans la base de Jicky. Bien que je ne distingue pas nettement la civette, le musc d’excellente qualité, est, quant à lui, très en évidence.



Musc Tonkin (oumnaturel.com)


Tout cela sans même parler d’une autre source d’inspiration, Ambre Antique de Coty de 1905, contenant, selon le CNRS, aussi de l’ambre gris. Or Ambre Antique est le premier parfum dit ’ambré’ qui sont maintenant d’une autre nature. Il règne, en effet, une certaine confusion parce que l’ambre gris animale rappelle l’une des facettes de la note ambrée composée, à minima, de vanille et de ciste-labdanum, mais intégrant aussi d’autres résines.



Ambre gris (canald.com)


Shalimar ne se définit donc pas comme un parfum ambré dans l’acception actuelle du terme, en vertu de la vanille et du ciste en note de fond. Toutefois, l’étymologie nous éclaire sur ce point : « L’expression Ambré venant de la présence parmi ces baumes de cyste labdanifère dont l’odeur de certaines fractions rappelle celle de l’ambre gris. » (Le parfum d’Edmond Roudniska).



Belle fleur de ciste


Une fois Shalimar devenu populaire, cependant, il fut certainement impossible de trouver des quantité suffisantes de cette matière. Dès lors, l’effet de terreau, de tabac, d’encens et de musc, produit par l’ambre gris, vint probablement de la méthylionone, avec ses facettes cuir, bois, vétiver, tabac et orris mises en avant.



Structure de la méthylionone (chemnet.com)


C’est cet accord ambré vanillé très particulier qui fait de Shalimar l’oriental de référence depuis 1925. De plus, il est la signature du parfum et laisse sa trace sur la peau aussi longtemps qu’on ne la lave pas. Présent à tout moment, il rend l’analyse de Shalimar en termes de pyramide olfactive extrêmement difficile. Sa structure ressemble plutôt à un kaléidoscope de notes convergeant toutes vers une vanille à la saveur du vieux rhum avec des notes fumées et cuirées très marquées.



Kaléidoscope (ideescreative.fr)


Cependant, Shalimar, du moins dans la version que je connais, contient beaucoup de notes amères et sombres. Les spécialistes de la maison Guerlain mettent le cuir en note de tête et Thierry Wasser soutient qu’il s’agit de goudron de bouleau. Je sens bien entendu cette note de cuir. Pourtant, dans la version que je connais, la présence de cette note cuirée pourrait tout aussi bien provenir d’une teinture de vanille et l’amertume marquée de la mousse de chêne.



Mousse de chêne


En effet, celle-ci permet, en sus, d’accentuer les notes de sourdes de l’ambre gris avec ses facettes algues/moisissures ; alors que la vanille exacerbe son côté encens brûlé, aujourd’hui attribué aux phéromones du cachalot – ceci expliquant la sensualité universellement reconnue de Shalimar.



Tableau Mughal


Il est difficile de s’inscrire en faux contre tout le monde, cependant, l’odeur qui me reste sur la peau, rappelle incontestablement les notes de fond des parfums chyprés. Par ailleurs, la bergamote en note de tête, le cœur fleuri de rose et de jasmin, ainsi que l’amertume des notes de fond, forment un contraste avec des notes douces, tel un chypré sombre, en partie masqué par la vanille et les résines.



Jasmin la nuit (olharfelix.typepad.com)


La douceur, quant à elle, provient peut-être en partie de la rose et du jasmin présentes en doses homéopathiques. Mais l’essentiel, sans nul doute, s’attribue aux fameux 30% d’huile de bergamote, certainement en partie évaporée en partie, mais aussi en partiellement confite. Doucereuse et ronde, cette confiture s’oppose aux notes plus dures et envahissantes.



Photo de Marie-Claire Frédéric, Bergamote confite (dumieletdusel.com)


Nul doute, cependant, contient un accord cuir que j’attribue à la présence de notes de goudron de bouleau et de styrax. Cette note cuirée et amère manifeste sa présence continue dès l’ouverture du flacon. Juxtaposé avec l’intensité aromatique de l’éthylvanilline, cet accord cuir ressort de façon prononcée. A forte doses, l’éthylvanilline possède elle aussi une facette amère et se marie donc extrêmement bien avec la vanille et la mousse de chêne de Shalimar.



Formules de la vanilline et de l’éthylvanilline


Reste à noter qu’il s’agit là d’un oriental ne contenant qu’une seule épice en overdose : la vanille. Cette note n’évoque pas une vanille pure et blanche. C’est pourquoi je pense que Jacques Guerlain a mélangé de la teinture de vanille, contenant des notes fumées et cuirées, avec de l’éthylvanilline qui lui donne sa force incroyable.



Vanille de Madasgascar (madamgascar-vanille.com)


L’overdose de l’éthylvanilline fait rêver – d’où l’histoire de Jacques Guerlain, versant des quantités de vanilline dans un flacon de Jicky, pour en connaître l’effet. L’éthylvanilline étant beaucoup plus intense et difficile à employer que la vanilline, Thierry Wasser, l’actuel parfumeur de chez Guerlain, raconte une version plus en adéquation avec la personnalité prudente de Jacques Guerlain.



Jacques Guerlain


Shalimar, celui-ci se serait plutôt longuement enfermé dans son laboratoire, afin d’équilibrer l’odeur de vanille avec des résines et de la bergamote. Ce qu’on dit moins reste que la maison Guerlain produisait ses propres teintures de vanille, avec la gousse et les graines, et en usait abondamment dans les parfums.



Vanille (cuisinetoutcomment.com)


Au résultat, Shalimar contient 30 % d’huile de bergamote, adoucie avec des notes d’agrumes plus sucrés. C’est le contraste entre les notes froides et astringentes de départ avec les notes chaudes et douces de la base qui marque les esprits. La bergamote fusionne avec les notes de cœur fleuries et apparaît immédiatement aux côtés des notes de fond sensuelles et balsamiques. Ainsi la vanille est mise en lumière par le confit de bergamote tout au long du développement du parfum.



Bergamote

Bergamote confit (passiondufruit.com)


Guerlain ne convoque donc pas les épices indiennes afin d’évoquer les jardins de Shalimar, tant aimés par Arjumand Bânu Begam, surnommée Mumtâz-i Mahal, épouse adorée de Shäh Jahän, morte en couche, pour qui il fit construire le Taj Mahal à Agra.



Taj Mahal au soleil couchant (1631-48)


Car ni la bergamote, d’origine incertaine, ni la vanille, originaire, au départ, de l’Amérique du Sud, ne rappellent l’Inde. Seul le jasmin y renvoie vraiment. Rien d’étonnant à cela, cependant, car Shalimar fait partie de la tradition des parfums abstraits, dans la mesure où sa composition ne se réfère pas à la senteur du lieu dont il porte le nom. L’Orient et les jardins fréquentés par Mumtâz-i Mahal relèvent du fantasme, non d’une description fidèle, bien que le bouchon du flacon reflète l’architecture de ses arches.



Les jardins de Shalimar créés en 1641 à Lahore (travelandleisure.com)



_

Comme vous êtes loin, paradis parfumé,

_ Où sous un clair azur tout n’est qu’amour et joie,

_ Où tout ce que l’on aime est digne d’être aimé,

_ Où dans la volupté pure le cœur se noie !

_ Comme vous êtes loin, paradis parfumé !

Charles Baudelaire, Moesta et errabunda


L’important est ailleurs. La teinture de vanille, l’éthylvanilline, la coumarine et les muscs forment un accord de base somptueux faisant de Shalimar un jardin fantasmé d’une volupté animale recréée à la mémoire de celle qui la possédait. Ainsi le lieu fréquenté par l’être aimé s’imprègne de son aura et n’a de sens que par lui, la nature n’ayant rien à voir là dedans. Quel jardin peut bien avoir l’odeur d’étreintes passionnées ?



Peinture Mughale


In fine, Shalimar est un parfum romantique noir : une histoire d’amour décrite à partir de sa fin tragique, au travers d’un jardin hanté par l’ancienne présence et la présente absence de la défunte bien-aimée dont il doit raviver le souvenir.



Mumtâz-i Mahal


De toutes les fragrances, Shalimar s’apparente le plus au rôle qu’elle joue chez les poètes du 19ème : ramener les voluptés passées à la vie, ce qui ne va pas sans leur donner un tour neuf. Jouir du passé comme s’il était présent ; jouir des plaisirs du passé tout sachant qu’ils sont révolus, d’où le deuil voluptueux des voluptés, dont discourent Baudelaire, Verlaine et Leconte de Lisle parmi d’autres.


Charme profond, magique, dont nous grise

Dans le présent le passé restauré !

Ainsi l’amant sur un corps adoré

Du souvenir cueille la fleur exquise.

Charles Baudelaire, Le Parfum, 1857



Amants (dynastie Mughale)


Sur ce même modèle, l’amour de Tristan et Yseult a été sublimé lui aussi par maints artistes dans la mort des amants, celle-ci étant conçue comme la réalisation absolue de celui-là. Si souvent séparés dans la vie, c’est paradoxalement dans leurs tombes, reliées par un rosier, que plus rien ne séparera des deux amants.





Je serai ton cercueil, aimable pestilence !

Le témoin de ta force et de ta virulence,

Cher poison préparé par les anges ! Liqueur

Qui me ronge, ô la vie et la mort de mon cœur !

Charles Baudelaire, Le Flacon, 1857

Dans Shalimar, le contraste entre la bergamote et la vanille représente ces deux faces de l’amour coexistant dans la mémoire des amants séparés : la vivacité des moments de bonheur qui ressurgissent et la lourdeur de la perte dont ces mêmes souvenirs se font les sombres porteurs. En vertu de sa tonalité très fumée, la vanille évoque aussi la mort et le mysticisme. Mêlée aux notes sombres de cuir et de mousse de chêne, elle dit l’étrange douceur d’amers regrets érigés en monument d’un passé heureux.



Taj Mahal


Nous l’avons déjà remarqué : il ne s’agit pas d’une vanille blanche, mais colorée par des éclats de jaune et de caramel, délicieusement frelatée. A l’inverse du Taj Mahal, dont le marbre blanc change entièrement de couleur au gré du soleil, Shalimar jette ses reflets chatoyants sur un fond sombre. Cependant, il n’en est pas moins changeant. Tel un prisme qui dévie et décompose la lumière, Shalimar décompose la vanille et les baumes qui l’accompagnent. Au résultat, je suis toujours surprises par l’amplitude de ses notes peu nombreuses.



Klimt, Le baiser


En raison de son sillage, Shalimar (vintage 1950) ne se porte pas facilement. L’opposition entre la fraîche bergamote et une vanille cuirée/fumée est moins marquée qu’autrefois et on se retrouve avec un parfum très dense et animal, qui conviendrait parfaitement dans l’ambiance de Gatsby Le Magnifique, lors d’une soirée somptueuse.



Baz Luhrmann adaptation cinématographique de 2013, The Great Gatsby de Scott Fitzgerald (1925)


Encore faut-il assumer sa volupté affichée, ce qui tient plus à la personnalité qu’à la tenue vestimentaire ou à l’occasion. Toutefois, Shalimar devient plus doux et rond après les premières heures : il se fond sur la peau, comme tous les vanillés, sauf qu’il garde un côté amer. Personnellement, je le porte en hiver, mais rien n’y oblige au vu de cette rondeur qui s’installe peu à peu.



Architecture Mughale rappelant la forme du bouchon de Shalimar


Notes de tête :

Bergamote, Vanille


Notes de cœur :

Vanille, Jasmin et Rose


Notes de fond :

Vanille, Baumes, Mousse de chêne, Muscs et Ambre gris ou Méthylionone


Shalimar ( Eau De Cologne) (vintage)



Shalimar EDC


Un citron et une bergamote fumées font un départ fulgurant en notes de tête, mais ils sont immédiatement rejoints par des notes de bois fumé. La pyramide olfactive est même tellement écrasée que le cèdre, le vétiver et même le musc apparaissent avec force dès le début. Les notes de fond ne se font pas non plus attendre longtemps : le baumier du Pérou et le benjoin s’élèvent au-dessus les agrumes et laissent la vanille derrière comme seule note de base.




Baume du Pérou et Benjoin de Siam

Il s’agit donc pas d’une eau de Cologne traditionnelle, mais d’un Shalimar moins vanillé, plus boisé et fumé. La principale qualité du parfum, sa volupté, s’en trouve amoindrie, la vanille apparaissant au loin, un nuage de senteurs fumées et résineuses enveloppant les senteurs d’agrumes. Leurs notes froides et brillantes se perdent donc dans la chaleur des bois, du cuir et des résines, qui reposent, quant à elle, sur une base de vanille et de musc, toujours présente.



Carey Mulligan dans le rôle de Daisy Buchanan, Gatsby Le Magnifique (2013)


De plus, à son contact, la bergamote et le citron deviennent crémeuses, bien qu’elles gardent leur piquant tout au long de l’évaporation. Au final, l’eau de Cologne se transforme en un ensemble flou de senteurs fumées, caramélisées et vanillées avec une note pâtissière de mousse au citron, à la fois acide et sucrée. Cet équilibre parfait entre les hespéridés et la vanille se sent nettement après plusieurs heures et dure jusqu’à la fin. En résumé, Shalimar, EDC, a une tenue de 7 à 8 heures et n’évolue plus beaucoup après l’apparition d’une mince couche de vanille liquoreuse en sous note.



Vanille liquide


Bien que légère, cette eau de Cologne de Shalimar ne se porte donc pas comme un parfum rafraîchissant. Cette étrange composition floue et collante convient surtout en automne et se marie avec n’importe quelle tenue. Elle a l’avantage d’être abordable pour ceux formés au goût de la parfumerie actuelle, car elle contient la vanille, non les accords les plus amers du parfum. Seules quelques notes de cuir, en provenance de la vanille, et de civette, ici et là, rappellent les excès du parfum.



Scott Fitzgerald, Gatsby Le Magnifique, (1925), adaptation de Jack Clayton (1974)


Notes de tête :

Bergamote, Citron, Mandarine et Cèdre



Notes de cœur :

Iris, Patchouli, Jasmin, Vétiver et Rose


Notes de fond :

Mousse de chêne, Civette, Musc, Vanille, Encens, Baumier du Pérou et Benjoin


Shalimar (version actuelle)

Shalimar EDP


Les notes de fond constituant l’accord principal de Shalimar, les reformulations qui la privent de mousse de chêne et de muscs, sans parler de la bergamote, obligatoirement fractionnée pour éliminer des molécules cancérigènes, ont détruit le cœur battant du parfum. Plus léger, sans corps, l’ensemble fait pauvre, malgré les belles images exotiques de la nouvelle publicité.



Première image du film publicitaire


Paradoxalement, la composition n’a pas un rendu plus doux, mais carrément rude, certainement à cause de produits chimiques de substitution. Je ne vois plus l’intérêt de ce parfum qui a perdu son caractère ouvertement sexuel, sa beauté animale, son sillage sulfureux et érotique. Et ce d’autant plus que l’eau de Cologne vintage est facilement disponible sur eBay, à prix abordable, pour ceux qui ne souhaitent pas frôler l’indécence en portant le parfum.



Ancienne publicité pour Shalimar


Commentaires